Retour - Liste Pavillons

Pavillon de la Marine


Pavillon de la Marine à l'exposition de Anvers 1930

© Exposition d'Anvers 1930

La participation de l'Administration de la Marine à l'exposition maritime fut présentée dans un pavillon spécial situé face aux halls occupés par la section belge.

L'Administration s'est appliquée à y donner au public des aperçus de toutes les manifestations de son action et elle s'y est entourée de quelques exposants dont l'activité est en rapport avec la sienne.
Organisation générale de l'Administration. Face à l'entrée principale une table surmontée d'un cône indiquait de façon schématique l'organisation générale des services maritimes de l'Etat : direction supérieure, services centraux répartis en 6 bureaux établis à Bruxelles, deux directions exécutives fonctionnant à Anvers et à Ostende avec leurs divisions techniques; enfin, les autres rouages et organismes relevant de la haute direction et collaborant à sa tâche. Complétant ce point central, des vitrines contenaient étalés, les recueils des lois et règlements dont la marine assure l'exécution et qui sont à la base du fonctionnement de ses services; l'ensemble était surmonté d'une enseigne en lettres argentées, éclairée indirectement : « Marine — Zeewezen ». Suivait une estrade, avec fauteuils et table, face à laquelle des tableaux et cartes exposaient l'activité du Comité Maritime International.
Voies navigables. La partie centrale du pavillon était ensuite occupée par deux cartes à grande échelle de l'Escaut et de la côte belge — champ d'activité de l'Administration — dressées dans le but de montrer les passes navigables et les moyens pour assurer la navigation dans le fleuve et dans les voies d'accès aux ports du littoral. Des figurines marquaient les points de repère, feux, bouées et balises.

Le matériel en usage dans les services de l'hydrographie, du balisage, de l'éclairage et du pilotage était représenté autour de ces cartes par des maquettes du matériel ancien et du matériel en service actuellement : bateaux-pilotes, bateaux-phares, bouées de tous modèles.

Comme pièce remarquable il convient de citer l'appareil d'éclairage destiné à être monté dans le phare d'Ostende, et qui est agencé de manière à assurer le fonctionnement continu du phare, lorsque, par suite de l'interruption du courant, source normale d'éclairage, la lampe électrique vient à s'éteindre.

L'appareil fonctionnait, un interrupteur permettant de provoquer la panne de courant à titre de démonstration.
La partie centrale comportait encore des photographies aériennes des principales installations des ports belges et une carte de l'Escaut dressée en 1788-89, enfin des tableaux de renseignements sur l'activité des services d'inspection maritime et de jaugeage, les formulaires en usage dans ces services et les documents qu'ils délivrent.

Le pourtour du pavillon était occupé par différents stands dont les premiers, au fond, se rapportaient l'un à la Marine Marchande et à l'activité des ports belges, l'autre au Statut du marin.

Marine marchande et ports. Des diagrammes y représentaient le développement de la marine marchande nationale, sa transformation de voiliers en vapeurs et navires à moteurs, enfin sa consistance actuelle.
Des tableaux se rapportaient au mouvement des ports belges et des ports étrangers montrant la place avantageuse qu'Anvers occupe parmi les plus grands ports du monde, au point de vue du nombre des navires entrés, du tonnage et de l'importance des navires.

Le Comité Anvers-Strasbourg présentait des cartes des communications par eau entre Anvers et le Rhin ainsi que des diagrammes du trafic entre les deux ports.
Statut du marin. Le stand du statut du marin comportait un registre de la matricule des marins naviguant sous pavillon belge tenu au Commissariat maritime à Anvers et un meuble à fiches dans lequel cette matricule réorganisée est tenue à partir de l'année 1930.

A côté des formulaires de rôles d'équipage se trouvaient une notice historique du Conseil professionnel de la marine marchande, les lois et règlements réglant la situation du marin, une documentation concernant le service des consultations radio-médicales organisé en Belgique à l'usage des navires sans médecin. Un tableau figurait l'activité de la Caisse de secours et de prévoyance des marins naviguant sous pavillon belge; un autre, fourni par le Bureau International du Travail, portait la nomenclature des conventions internationales se rapportant au travail maritime, indiquant les pays qui les ont ratifiées et le nombre de marins intéressés.

Service des paquebots Ostende-Douvres. Dix maquettes représentaient les paquebots les plus caractéristiques mis en service depuis 1843; l'une d'elle rendait l'aspect extérieur du paquebot Léopold II transformé en navire-hôpital pendant la guerre 1914-18; le «Prinses Astrid », première des unités construites en 1930, était placé à l'avant-plan et éclairé.
Une carte d'Europe indiquait la durée du voyage entre Londres et les principales villes d'Europe en empruntant la ligne Ostende-Douvres; un diagramme figurait le développement du mouvement des voyageurs et des colis, un tableau donnait les caractéristiques de tous les types de navires mis successivement en service depuis l'origine.
Enseignement maritime. L'Ecole Supérieure de Navigation d'Anvers, l'Ecole de Navigation Maritime à Ostende, L'Association Maritime pour les Navires-Ecoles et l'Œuvre Royale de l' "Ibis" présentaient en 4 stands séparés des photographies de leurs installations, des tableaux didactiques, les instruments nautiques et ouvrages utilisés dans l'enseignement, des aperçus historiques, diagrammes de fréquentation, des travaux d'élèves; l'Association maritime, en outre, une maquette du navire-école "L'Avenir", l'Œuvre Royale de l'"Ibis", des modèles des différents bateaux et des filets utilisés par les pêcheurs belges.

L'enseignement préparatoire et accessoire était représenté par les écoles industrielles, deux groupes de Sea Scouts ayant leur siège à Anvers, et les Ecoles pour enfants de bateliers présentées par le « Nationale Schippers-bond » d'Anvers.
L'Ecole industrielle des Aumôniers du Travail exposait un grand nombre de travaux d'élèves exécutés dans ses ateliers de dessin, de traçage, de chaudronnerie et d'ajustage.
Le mobilier et les bibelots garnissant le bureau-salon attenant au pavillon ont été confectionnés dans ses ateliers d'ébénisterie et de ferronnerie, les modèles étant appropriés à des locaux existant à bord des navires.

Sauvetage Maritime.
1°) A la côte : L'Administration présentait un stand très complet au sujet de l'organisation de ses neuf postes de sauvetage à la côte belge, une maquette du canot de sauvetage à 2 moteurs d'Ostende avec son hangar et sa voie de lancement, le matériel d'équipement des canots à avirons, des photographies de ces derniers et des opérations que comporte un concours de sauvetage, le trophée, prix de ces concours, un va-et-vient avec bouée à culotte.
Un canot de sauvetage sur son chariot, faisant partie du matériel de la côte était d'ailleurs, installé à l'extérieur du pavillon et, lui faisant pendant, un poste de la Croix Rouge tels qu'ils existent à la côte belge pour assurer le concours de cet organisme au service de sauvetage.

2°) Un canot de sauvetage de bord avec poste de T. S. F. et projecteur, tel qu'il est exigé sur certains grands paquebots par la Convention de Londres pour la sauvegarde de la vie humaine en mer se trouvait placé à l'extérieur, le long d'une façade latérale et une réduction de canot de bord avec son équipement, présentée par la firme Donche et Beuckeleers d'Anvers complétait la section.

3°) Sauvetage des navires sinistrés : Deux tableaux peints par l'artiste Gaudio représentaient deux espèces de sinistre maritime; la Société de Remorquage et de Sauvetage, exposait des maquettes de ses navires sauveteurs et d'un navire relevé avec le placard bouchant la brèche à la coque, cause du sinistre, en outre des photographies d'opérations de relèvement de navires coulés effectuées par elle.
Une collection de photographies de navires avariés de différentes façons était présentée par le photographe spécialiste Rubbens d'Anvers.
La maison Hendrickx présentait les fusées, pièces d'artifice et appareil lance-amarre en usage dans la marine.

4°) Sauvetage de personnes et secours aux noyés : La Fédération Royale de Natation et de Sauvetage exposait les coupes remportées dans des concours divers ainsi que des dessins représentant la manière de se comporter dans l'eau et de saisir un noyé pour le conduire en lieu sûr.
Souvenir. Dans ce stand étaient rassemblées des maquettes de navires remarquables ayant navigué sous pavillon belge, de navires belges coulés pendant la guerre. Y figurait aussi le Livre d'Or des capitaines et officiers de la Marine marchande belge, un ancien drapeau du Zeemansbond.

Quelques souvenirs du « Belgica » et des cartes des régions antarctiques rappelaient les voyages du Commandant de Gerlache dans les régions polaires.

Ligue Maritime. La propagande en faveur de l'idée maritime était présentée par la Ligue Maritime exposant des tableaux relatifs à son activité, une série d'affiches, et des dessins se rapportant à des personnages belges qui se sont distingués dans la marine jà diverses époques.

La décoration générale du pavillon a été réalisée suivant une ligne très sobre par la Maison Delamarre & Cerf de Bruxelles qui fut chargée de l'installation intérieure complète. Des tableaux du peintre André Lynen — canot de sauvetage à la côte, un paquebot dans le port d'Ostende, entrée du port — la rehaussait très heureusement en montrant que le matériel exposé a aussi inspiré les artistes.

©Le livre d'or de l'Exposition Internationale Coloniale, Maritime et d'Art Flamand - Anvers 1930