Retour - Liste Pavillons

Hambourg-Breme


Hambourg-Breme à l'exposition de Anvers 1930

© Hersleven

Les modernistes visitant l'Exposition s'arrêtent surtout devant les Pavillons de Hambourg et Brème et celui des Pays-Bas. L'on ne discute pas la question de savoir lequel est le plus beau. Chacun des pavillons a ses caractéristiques, ce qui est une première condition pour être moderne.

L'entrée principale du pavillon est formée par trois formidables contre-forts reliés par des vitraux rouges. Tout le bâtiment donne une impression de force. Seul les géraniums devant l'entrée apportent un peu de poésie sentimentale.

On pénètre dans un grand hall, muni de .tapis rouges bien appropriés à la lumière diffuse qui y règne. Entre les oriflammes rayées blanc et rouge qui ornent les murs, nous distinguons les armures des villes libres (Hambourg, Brème et Lubeck) et l'inscription : « Vrijheid, Do ik ju openbaar ».

Dans le hall suivant à gauche nous trouvons les stands de Brème et de Lubeck. De grands panoramas, des fleurs et des maquettes nous montrent l'extension et l'activité de ces ports.

Nous voyons, sous verre, les maquettes des grands steamers sillonnant les mers. Nous nous rendons compte comment ces géants modernes, munis de halls modernes et même de bassins de natation satisfont à toutes les exigences de notre temps au point de vue du confort.

Plus loin de grandes machines et d'énormes moteurs exercent une attraction toute spéciale sur les techniciens.

Un stand spécial est consacré aux relations avec les Colonies. Des équipements, des armes, et même des serpents à sonnette attirent bien des regards.

Hambourg siège dans le hall à droite. Nous y trouvons une reproduction fidèle du port. Et puis bon nombre de statistiques et de panoramas dont les chiffres, les lignes et les figures finiraient bien par fatiguer les yeux.

En revenant au hall central où règne une atmosphère de calme et de recueillement, nous y trouvons dans une petite armoire fort élégante les cachets des villes libres et des anciens potentats. Le long des murs sont rangé les images des Saints-Patrons de différentes villes. Dans la demi-obscurité ils incarnent une atmosphère de calme et de repos qui contraste bien fortement avec ce que les halls environnants exhibent comme merveilles produites par le génie humain et comme vie affairée et trépidante.

© Guide Officiel - Anvers 1930