Retour - Liste Pavillons

Autriche



La participation officielle du Gouvernement Fédéral de l'Autriche à l'Exposition d'Art Flamand à Anvers, est d'une importance telle qu'il me plait de souligner ce geste courtois et franchement amical du Gouvernement que j'ai l'honneur de représenter vis-à-vis de la Belgique.

En effet, les Musées Nationaux de Vienne, ainsi que ses collections privées, nous envoient plus de 80 chefs-d'oeuvres: tableaux, tapisseries, sculptures, dessins originaux et gravures (certaines œuvres capitales ont été assurées pour plus de 15 millions de francs) qui constitueront sans doute un ensemble superbe d'une valeur inestimable et donneront aux visiteurs une idée de la splendeur de notre art ancien.

Sans doute l'Autriche, en même temps que l'Italie, se classe-t-elle en tête par rapport à la participation à l'art rétrospectif et contribuera ainsi largement au succès de l'Exposition de l'Art Flamand qui promet de dépasser en œuvres capitales et en trésors tout ce que l'on a pu grouper jusqu'à ce jour.

A cette occasion, reconnaissant envers mon Gouvernement, de cette preuve tangible de réelle courtoisie, je me permettrai de traduire ma pensée sur l'Autriche par ce qu'écrivait l'homme d'Etat Français Monsieur Edouard Herriot dans une lettre adressée en décembre dernier au Directeur du journal « l'Art Vivant » à Paris, lettre qu'il me plait de reproduire textuellement:
« Monsieur le Directeur,
Vous m'informez que « l'Art Vivant » se propose de » consacrer à l'Autriche un numéro spécial, et vous voulez
bien me demander de présenter au public cette revue générale de l'activité autrichienne. Je le fais volontiers.
Dans l'ordre artistique, celui où vous vous placez, » l'Autriche, par son passé, par les qualités si précieuses

de sa population et de son élite, par sa culture, occupe » une place de premier rang. Musique, théâtre, peinture

et lettres, toutes ces provinces de l'intelligence sont cultivées avec fruit par une des nations de l'Europe les plus riches en esprit. Et, dans un milieu où la tradition » se montre si somptueuse, une place est réservée aux libres recherches, aux efforts vers l'avenir.

Vous avez donc eu raison de rassembler les éléments » de cette synthèse. Et je vous en félicite, puisque je suis de ceux qui suivent avec soin et avec sympathie la vie de l'Autriche et de son éclatante capitale.
Edouard Herriot ».

A côté de cette participation imposante à l'Exposition d'Art Flamand Ancien, le Ministère du Commerce à Vienne, nous a envoyé un petit pavillon touristique.

Ce pavillon touristique est construit en noyer poli et représente un exemple original des Arts et Métiers Autrichiens. Dans les vitrines de ce stand sont admirablement exposés les produits autrichiens, de façon qu'ils soient mis en valeur. Au fond de ce stand se trouve une carte donnant un aperçu général des communications principales par routes, chemins de fer, autocars et aériennes. Les 10 nouveaux chemins de fers suspendus (aériens) donnant accès en quelques minutes aux stations établies sur les montagnes, sont également renseignés, ce qui attirera spécialement les touristes.

Y sont indiquées également les stations thermales, établissements de bains et centres de sports d'hivers par lesquels l'Autriche se distingue spécialement.

Une autre carte représente l'Autriche, centre touristique d'Europe. La beauté naturelle du pays, ses constructions et monuments imposants sont reproduits dans des vitrines originales par une série d'aquarelles. L'interprète distribuera des brochures sur l'Autriche, rédigées en différentes langues, se rapportant aux moyens touristiques et autres du pays. Des cartes, guides et programmes de voyages touristiques sont à la disposition du public.

Quelques stands de maisons de commerce complètent cette exposition d'ailleurs fort intéressante.

Contigu au Hall International, il a été construit et aménagé un petit pavillon qui a été dénommé « Pavillon d'Autriche » dû à l'initiative privée du soussigné et représentant une maisonnette tyrolienne d'une fraîche originalité. La masse des visiteurs de la Worlds fair anversoise y viendront se familiariser avec ce pays touristique par excellence et s'intéresseront sans doute aux articles viennois qui y sont exposés. Ils garderont de cet ensemble coquet le meilleur souvenir.

Il me plait ici de rendre hommage au Comte Adrien van der Burch, Commissaire Général du Gouvernement Belge, au Président du Comité Exécutif de l'Exposition Monsieur Martougin, au Baron Holvoet, Gouverneur de la Province d'Anvers et principalement au très sympathique Bourgmestre de la Ville d'Anvers, Monsieur F. Van Cauwelaert, pour l'aide précieuse et l'appui efficace qu'ils ont bien voulu prêter à S. E. le Dr. Duffek, Ministre d'Autriche pour la Belgique, au soussigné ainsi qu'à notre distingué Ministre de Belgique à Vienne, Monsieur Leghait, en vue d'obtenir du Gouvernement Fédéral une aussi superbe et importante participation à l'Exposition d'Art Flamand.

Ce que pense l'Autriche de la Belgique, la «Neue Freie Presse » de Vienne l'écrivait dans un de ses derniers numéros lorsqu'elle disait: «La Belgique est fière à juste » titre des batailles qu'elle livra il y a un siècle pour assu-» rer sa liberté et qui produisirent sur les peuples attentifs une si grande impression morale. Ce n'est pas avec » moins de raison qu'elle considère aujourd'hui avec satisfaction le travail accompli pendant ces cent dernières années.

Certes, les soucis d'ordre intérieur ne lui furent pas » épargnés: les démêlés entre Wallons et Flamands, entre catholiques et libéraux n'ont pas toujours été exempts de quelques frictions; mais les querelles entre partis n'ont pu empêcher l'œuvre constructive de se poursuivre, tant au point de vue cultural qu'au point de vue du développement économique. Certes, la grande guerre a causé au pays de cruelles plaies et de terribles dévastations; mais toute trace de destruction est déjà effacée; les villes ont été reconstruites et les provinces belges, si favorisées par la nature, connaissent de nouveau la prospérité de jadis.

C'est pourquoi les Belges, peuvent maintenant, le front haut, se préparer à la réalisation du riche programme des fêtes nationales qui, commencées ces jours derniers, doivent continuer jusqu'en septembre.

Cette opinion est celle du peuple Autrichien tout entier, c'est l'expression fidèle des sentiments d'admiration de l'Autriche pour la Belgique, c'est l'aveu sincère d'une franche sympathie.

En ma qualité de Belge et de Consul Général d'Autriche à Bruxelles, Commissaire Général près des Expositions Internationales d'Anvers et de Liège, je souhaite que cette manifestation grandiose qu'est l'Exposition d'Anvers contribue à la réconciliation des peuples.

Que nos drapeaux de rouge et blanc, couleurs anversoises et autrichiennes, flottent côte à côte; qu'elles soient l'emblème du rôle pacificateur attribué avec raison aux expositions internationales, et qu'elles soient le prélude d'une entente durable entre nos deux peuples.

© Guide Officiel - Anvers 1930