Exposition Universelle de Paris 1867

Agriculture, Industrie et Beaux-Arts

1er Avril 1867 - 3 Novembre 1867


Retour - Liste Pavillons

Russie

Russie à l'exposition de Paris 1867

Ce n’est pas dans la galerie des arts usuels qu’il faut aller pour admirer le grand empire. La Russie possède des minerais renommés, mais elle a grandement besoin d’apprendre à les mettre en œuvre. Les quelques machines exposées sont de lourdes reproductions des types anglais. Et puis, l’État presque seul est exposant. Tout révèle le manque absolu d’initiative des Moscovites. Ces hommes n’ont qu’un cerveau, celui du maître.

Depuis les machines à vapeur, construites par les élèves de l’école des Enfants Trouvés, à Moscou, jusqu’aux meubles de luxe, fabriqués par les ouvriers de l’empereur, tout appartient au gouvernement.

L’aciérie d’Oboukoff présente des plaques et des canons d’acier bien travaillés, mais qui, cependant, ne peuvent entrer en lutte avec ce que la Prusse et la France ont exposé en ce genre. Notons encore un magnifique tube en cuivre rouge, courbé à angle droit malgré son gros diamètre. Quand on sait combien il est difficile de plier un tube de fort calibre sans le déchirer et l’aplatir, on ne voit plus les légers défauts de cette belle pièce, et on l’admire très-sincèrement.

©L'Exposition Universelle de 1867 Illustrée