Exposition Universelle de Paris 1867

Agriculture, Industrie et Beaux-Arts

1er Avril 1867 - 3 Novembre 1867


Retour - Liste Pavillons

Poste et Télégraphe

Poste et Télégraphe à l'exposition de Paris 1867

Partout où se forme une agglomération d’hommes, la poste fait ce que faisaient autrefois les municipes romains au sein d’une armée en campagne; elle s’installe, et forme la cité.

Au Champ de Mars, la poste et son frère puîné le télégraphe, se sont naturellement adossés contre le bâtiment où se réunissait l’état-major de l’Exposition, et bien avant que l’Exposition fût ouverte.

Une des immunités ministérielles dont a joui l’état-major de l’Exposition, c’est de pouvoir expédier en franchise lettres et dépêches aux membres des comités d’admission d’abord, aux jurés internationaux et même aux exposants, ensuite. Et personne, vous le pensez bien, ne s’est abstenu de profiter de cette immunité. Il y a quelque chose de particulièrement agréable à expédier et à recevoir une lettre en franchise; et l’armée diligente et exercée de M. Vandal a eu le temps défaire connaissance avec nos noms et nos écritures, mandants ou destinataires.

La poste du Champ de Mars a expédié beaucoup plus de lettres qu’elle n’en a reçu : et cela s’explique facilement. Le Champ de Mars" n’est un domicile pour personne. Tout le monde y passe; nul n’y demeure. C’est comme une machine à échappement; tout en sort, rien n’y rentre
Je me trompe : les réclamations y pleuvent du dehors et du dedans; et par quel canal les faire passer, sinon par cet intermédiaire impassible et irresponsable qu’on nomme un facteur delà poste? Lorsqu’on ne connaît pas l’adresse d’un homme notable, où peut-on lui écrire sinon au Champ de Mars? L’honorable fonctionnaire qui dirige ce bureau peut seul jauger l’importance d'un homme mêlé à l’Exposition : c’est par le nombre de lettres transmises.

Le bureau de poste delà Commission impériale, quoiqu’il n’ait pas rapporté grand’chose à l’administration de la rue Jean-Jacques-Rousseau, n’a donc pas été une sinécure; je viens de dire pourquoi. Aussi fais-je mon très-sincère compliment aux employés qui Ont dirigé ce service. Je ne pense pas que personne ait eu à s’en plaindre. Tout s’est fait avec un ordre et une régularité admirables.

Ce serait le cas de comparer l’administration des postes avec l’administration de la Commission impériale. Mais il ne faut blesser personne.

J’aime mieux constater que le télégraphe installé dans le même local que la poste, a vécu, cette fois, en bonne intelligence avec sa sœur aînée, quoiqu’ils n’aient pas le même tuteur : mais cela viendra, j’espère, avant l’époque de la majorité.

Je ne sais pas qui a pu recevoir une dé pêche télégraphique au Champ de Mars, à moins que ce ne fût à bureau restant. Mais si l’on n’en a pas reçu, on en a expédié beaucoup, ne fût-ce que pour appeler une voiture. Car, vous n’ignorez pas que la première nécessité du télégraphe au Champ de Mars s’est révéléé à propos de l’absence des véhicules. Pour 25 centimes, on avait bien vite acquis la conviction qu’il n’y avait pas de voitures disponibles aux alentours.

Vous parlerai-je (des appareils Morse, Caselli et autres, à propos de l'installation du service télégraphique au Champ de Mars? Le prétexte ne serait pas suffisant; et j’aime bien mieux laisser à un de mes collaborateurs l’occasion plus opportune de vous parler des divers systèmes télégraphiques exposés sous la grande nef des machines.

©L'Exposition Universelle de 1867 Illustrée