Exposition Universelle de Paris 1867

Agriculture, Industrie et Beaux-Arts

1er Avril 1867 - 3 Novembre 1867


Retour - Liste Pavillons

Suisse - Autriche

Suisse - Autriche à l'exposition de Paris 1867

Avec la Suisse reparaît l’activité de la grande industrie : les métiers à tisser pour quatre navettes, les ourdisseurs de Gaspard Honegger de Zurich, les moulinages de soie de Wegmann et Cie de Baden, et la machine à broder de Jacob Rieter de Wintertbur. Maintenant les métiers marchent seuls. Les aiguilles sont poussées par une main de fer qui s’assouplit et se fait plus légère que la main d’une ouvrière habile, et en quelques secondes, avec une rapidité qui tient du prodige, l’on voit les fleurs gonfler la tuile et apparaître aux yeux étonnés; mais heureusement l’outil, quelque bien dressé qu’il soit, n'est point encore le maître souverain, et dans les prairies abruptes des Alpes, la faucheuse mécanique ne pourra jamais pénétrer. Aussi deux pyramides, couvertes de faux de toutes grandeurs, prouvent l’importance de cette fabrication et rappellent, même au milieu du bruit des engrenages et du frémissement des métiers, que ce beau pays si ardent au travail n’est pas voué tout entier aux labeurs de la fabrique.

L’Autriche est voisine de la Suisse, et en passant sa frontière, on rencontre de suite des armes. Pièces de campagne, pièces de montagne, canons, affûts, machines de guerre, porte-fusées, appareils de toutes sortes destinés aux armées eu mouvement, porte-lumières pour transmettre les signaux de nuit; télégraphe électrique de campagne et son chariot, torpilles destinées à être immergées dans la mer et à faire sauter le navire imprudent qui s’approcherait trop près d’un fort ou des remparts d’une batterie de côte, une installation batailleuse, pleine d’originalité, à côté des voitures élégantes et légères fabriquées à Vienne, tout auprès de lourdes locomotives qui franchissent les rampes du Simmering et portent les produits de cet industrieux pays au port d’embarquement, à Trieste, d’où les bateaux à vapeur du Lloyd, dont les modèles se trouvent dans la même galerie, les chargeront pour les débarquer dans toutes les échelles du Levant, d’Alexandrie à Trébisonde.

©L'Exposition Universelle de 1867 Illustrée