Exposition Universelle de Paris 1867

Agriculture, Industrie et Beaux-Arts

1er Avril 1867 - 3 Novembre 1867


Retour - Liste Pavillons

Alcan

manque image

Un regard à cette petite vitrine dressée contre le mur de droite, et une pensée d'estime et de sympathie pour celui qui l’expose. C’est un de ceux à qui en France l’industrie textile doit le plus; c’est M. Alcan, professeur de filature et de tissage au Conservatoire des Arts et Métiers. En lui l'homme est au niveau du savant.

Fils d’un soldat de la République, employé dans son enfance aux travaux des champs, plus tard apprenti-relieur à Nancy, il dérobe au sommeil les heures qu’il consacre à l’étude.
La Société des amis du travail récompense par une médaille sa studieuse ardeur. En 1830, il est à Paris sur les barricades. La Commission des récompenses l’appelle devant elle : « Que pouvons-nous faire pour vous? — Je ne vous demande que de l’instruction. » On lui donna la croix. Il avait 19 ans. Bientôt après il passe avec succès son examen à l École centrale. Trois ans plus tard, il en sort avec le diplôme d'ingénieur. Pour compléter ses études, il entreprit le tour de France, à pied, le sac sur le dos. Fixé à Elbeuf il y fonda des cours gratuits pour les ouvriers; il se souvenait de ce qu’il avait été. En même temps il multipliait les découvertes, s’appliquant surtout à perfectionner les procédés de tissage. La Société d émulation de Rouen, la Société industrielle de Mulhouse, les jurys de de nos expositions nationales lui décernèrent des récompenses honorifiques. En 1845, il fut nommé professeur de filature et de tissage. Trois ans après, le département de l’Eure l’envoya à l’Assemblée nationale, où il vota ordinairement avec la gauche. La législature terminée,, il retourna à ses féconds travaux. La vitrine que voici contient les deux derniers ouvrages de M. Alcan : un Traité du travail des laines et un Traité complet de la filature du coton. Au-dessous est placé l'appareil connu dans l'industrie sous le nom à'expérimentateur Alcan et désigné par l’inventeur sous le nom de phroso-dynamique, appareil qui sert à la fois pour déterminer l’élasticité et la ténacité des fils de tous genres, comme compteur d’apprêt, et pour constater l’angle de torsion le plus convenable dans tous les cas qui peuvent se présenter.

©L'Exposition Universelle de 1867 Illustrée