Exposition Universelle de Paris 1867

Agriculture, Industrie et Beaux-Arts

1er Avril 1867 - 3 Novembre 1867


Retour - Liste Pavillons

Église roumaine

Église roumaine à l'exposition de Paris 1867

Le monument qui s’élève dans le Parc, entre la mosquée de Brousse et le temple mexicain, est le diminutif d’une cathédrale roumaine. Ces trois coupoles surbaissées, qui seront peintes comme celles du trophée de la nef des machines, nous représentent une architecture qui n’est plus Byzance et qui n’est pas encore Moscou. On sait que les Roumains relèvent du culte grec-uni. Étranges destinées des peuples ! leurs croyances sont le plus souvent ce que les font les événements. Pourquoi les Roumains ont-ils penché vers l’Église grecque, pendant qu’ils conservaient dans l’usage les traditions de la langue latine, qu’ils parlent encore aujourd’hui comme par un don naturel? Pourquoi des Roumains schismatiques, entre la Pologne catholique et la Turquie mécréante? Pourquoi le Danube, qui n’a pas servi de frontière en amont, du côté de Pesth, a-t-il rompu l’unité des croyances en aval, du côté de Bucharest?

Ce serait une thèse plus historique encore que théologique à développer, et dont la place n’est pas ici. Prenons l’église roumaine pour ce qu’elle est, une transition entre l’art byzantin et l’art oriental. Il manque à cette triple coupole une aiguille à aimant comme au temple de la Mecque. Encore une fois, il y a de la mosquée et du Kremlin dans cette architecture, mi-partie importée, mi-partie imposée; c’est un art mitoyen, si je puis ainsi parler, qui cherche son milieu et ne le trouve pas, comme le pays qu’il représente.

Ah ! le milieu! c’est là ce qui décide le plus souvent de la vie d’un peuple et de la destinée des individus. Telle manière d’être, qu’on croit inhérente à l’esprit d’un homme ou d’un pays, dépend de la position qu’il occupe ou de la latitude où il se meut.

Que vous semble de l’église roumaine di: Champ de Mars? C’est curieux à voir comme spécimen ; mais vous aurez beau en étendre les proportions, cela ne sera jamais grand.

©L'Exposition Universelle de 1867 Illustrée