Retour - Liste Pavillons

Télévision


Télévision à l'exposition de Bruxelles 1935

© L'Epi

Une inscription, au fronton de ce pavillon rapprochait de l'inauguration du premier chemin de fer — en 1835, les premières expériences publiques de télévision, en 1935. Le cinéma (à l'Alberteum), la radio-diffusion (au Pavillon de l'I. N. R.), la télévision, synthèse de ces deux merveilles des temps modernes, étaient donc représentés de façon égale à l'Exposition de Bruxelles.

Les expériences eurent lieu à Bruxelles, avant Paris, à l'aide des appareils de la Société des Compteurs de Montrouge, brevet Barthélémy, appareils analogues à ceux adoptés par le ministre des P. T. T. français pour l'équipement des postes d'Etat.

A l'intérieur du Pavillon, le visiteur se trouvait devant un petit écran sur lequel apparaissait l'artiste — chanteur ou musicien — qui se trouvait dans le studio voisin : l'image était réduite et teintée de vert. L'artiste devait s'enduire la figure d'un maquillage spécial et peu flatteur; mais l'image était fidèle et parfaitement reconnaissable. Le son, d'autre part, n'était nullement modifié à la transmission; un poste à ondes courtes avait été installé, pour ce faire, à l'intérieur du Pavillon, par des techniciens de Radio-Schaerbeek.

Le principe était le suivant : la scène se passait dans une cage de verre, sous le feu de huit puissants « sunlights ». Dans une caméra, derrière un objectif semblable à celui de l'appareil de prises de vue, un disque d'aluminium perforé de trous en spirale, tournait à 1,500 tours. Il filtrait la lumière et chaque rayon frappait une cellule photo-électrique; celle-ci à son tour, envoyait des rayons au poste émetteur, qui les renvoyait sous forme d'ondes.

Un poste récepteur accueillait celles-ci et les transmettait (à raison de 60 lignes, 25 images, 90,000 « impulsions » par seconde) à un écran spécial, formé d'un ballon de verre recouvert, à sa partie supérieure d'une substance fluorescente. Le contact des électrons avec cette substance permettait de reconstituer l'image par points lumineux successifs. La vue transmise et présentée au public mesurait environ 20 centimètres carrés; une dizaine de mètres séparaient de l'écran les artistes « télévisionnés ».

Si la méthode, à ses débuts appelle des perfectionnements encore, elle n'en présente pas moins la solution d'un problème passionnément discuté. Et le succès du Palais de la Télévision fut très vif. Il n'attira pas seulement l'attention des foules. Entre autres visites officielles, il reçut celles du Roi Léopold III, des Ministres Devèze, Van Isacker, Destrée, du Bus de Warnaffe; de MM. Adolphe Max, Van de Meulebroeck, le comte Adrien van der Burch, Caspers, Charles Fonck; de M. Laroche, ambassadeur de France et des membres de nombreux groupements scientifiques et autres.

© Le Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Bruxelles 1935