Retour - Liste Pavillons

Suède


Suède à l'exposition de Bruxelles 1935

© L'Epi

En arrivant devant ce Pavillon, on apercevait au-dessus de l'entrée un dais en acier inoxydable et sur le toit même du bâtiment un phare d'aviation, d'une puissance de deux millions de bougies. Le seuil franchi, on se trouvait dans le premier hall, destiné à attirer l'attention du visiteur sur les grands articles d'exportation suédois : le fer, le bois, la pâte à papier, le papier. Les murs étaient couverts d'illustrations symbolisant les bases de l'industrie et de la prospérité, suédoises : les minerais de fer, les forêts, la main-d'œuvre.

Dans ce hall, il y avait également une section consacrée à la propagande touristique, ayant trait surtout aux relations aériennes avec la Suède. La Scandinavian Air Express montrait les intérieurs de ses avions ultra-modernes et très confortables, naguère fort appréciés par S. M. la Reine Astrid...

En poursuivant la promenade vers l'intérieur du Pavillon, on voyait plusieurs exemples des applications des roulements à billes, depuis un curieux petit anémomètre jusqu'à un laminoir gigantesque; plus loin des machines à engrenage à régler, des appareils pour la soudure électrique automatiques, semi-automatiques et à la main. Mais ce qui, dans cette section, intéressait le plus le profane était la centrale électrique fictive pour contrôle à distance. L'ingénieur en chef peut manœuvrer toute la centrale de son pupitre, lequel est une merveille de perfection technique. On admirait encore entre autres machines, une turbine à vapeur, un compresseur centrifuge à haute pression, différents modèles de moteurs pour bateaux, une machine à rectifier, des écrémeuses.

Dans le fond du Pavillon, une section réservée à l'agriculture suédoise mettait en évidence trois facteurs d'importance : le climat, le contrôle et la qualité. Au point de vue climatologique, la situation de la Suède est excellente dans la zone des nuits claires. Aussi la récolte par hectare peut-elle se comparer avantageusement à celle de la plupart des autres pays.

L'exportation suédoise de produits agricoles (surtout le beurre, le bacon, le fromage et les œufs) était représentée par des échantillons, ainsi que par une petite brasserie-buffet, où ces produits pouvaient être dégustés, et qui était munie d'armoires frigorifiques.

Les articles de ménage (hache-viande, moulins à café, fourneaux de cuisine, poêles) étaient déjà connus en Belgique.

Les Chemins de Fer de l'Etat suédois faisaient voir dans un autre hall, par de très jolies illustrations, la propreté et le confort — d'ailleurs justement réputés sur le continent — de leurs wagons. On remarquait spécialement les attrayants wagons-lits de 3e classe.

Plus loin, des firmes exposaient des laques de cellulose, des vernis à l'huile et à l'alcool et toutes sortes d'outils en acier, depuis des couteaux de cuisine jusqu'à des instruments de précision.

Enfin, l'art décoratif suédois était évoqué par quelques échantillons de l'art domestique indigène, basé sur des traditions populaires, vieilles de plusieurs siècles, particulièrement vivaces en ce qui concerne les textiles. Mais l'élément principal de cette section était constitué par les cristaux d'Orrefors et de Kosta, depuis longtemps très appréciés en Belgique, ainsi que dans les autres pays où l'on aime les lignes pures et sobres. Une table dressée de façon attrayante, avec la garniture tout en étain suédois, contribuait à donner à cette partie du Pavillon un caractère de confort et d'intimité.

La Suède était de plus représentée dans le Hall Central (Gare Modèle); les Chemins de Fer de l'Etat suédois exposaient deux voitures à voyageurs (un wagon-salon de 2e classe, un wagon-lit de 3e classe) plus un wagon réfrigérant-calorifique, pouvant être utilisé suivant les saisons pour le transport des denrées alimentaires.

La Gare Modèle comportait également au Bureau de Tourisme, des compartiments réservés à la Suède.

© Le Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Bruxelles 1935