Retour - Liste Pavillons

Optique


Optique à l'exposition de Bruxelles 1935

© E. Sergysels

L'Exposition Nationale des Instruments d'Optique (Florence en 1934) avait rencontré un vif succès auprès des visiteurs et des techniciens spécialistes étrangers.

On estima donc qu'il était possible et utile de démontrer à Bruxelles, dans une section spéciale, la capacité de l'Industrie Optique Italienne.

L' « Instituto del Boro e del Silicio » (Institut du Bore et du Silicium) présentait une section documentaire qui démontrait les possibilités et les ressources de l'industrie italienne pour la fabrication du verre d'optique. Le « Officine Galileo » présentait trois sections différentes : celle des appareils scientifiques et divers : microscopes, microtomes, polarimètres, sacchari-mètres, spectrographes; celle des appareils photogrammétriques (avec le concours de l'Institut Géographique Militaire); celle des appareils militaires, projecteurs de type ultra-modernes, télémètres, appareils de pointage, etc.

La « San Giorgio » exposait des instruments optiques, tous à usage militaire : télémètres et appareils de tir, des jumelles, etc.

La « Filotecnica » outre ses appareils classiques d'astronomie et de géodésie et d'autres appareils divers de météorologie et aéronautique, exposait une série intéressante de télégraphes optiques à miroir.

La « Ottica Meccanica Italiana » présentait avec le concours de l'Administration du cadastre, des statistiques, des documentations et des productions cartographiques.

La Compagnie « Koristka », divers appareils optiques, mécaniques, microscopes, etc. La « Cicogna » (Comm. Ratti) un genre d'optique tout particulier : fabrication de lunettes de précision de tout genre et à tout usage.

© Le Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Bruxelles 1935