Retour - Liste Pavillons

Chimie


Chimie à l'exposition de Bruxelles 1935

© E. Sergysels

Très clair aussi, le Pavillon de la Chimie italienne s'élevait au milieu des arbres, à l'orée du Parc Forestier. Un grand panneau peint, au-dessus de l'entrée surbaissée, portait le mot « Chimica » dans un décor de cornues, d'alambics, d'éprouvettes — et d'un tableau statistique qui ressemblait à une énorme feuille de température.

A Bruxelles, l'Italie avait voulu faire ressortir la position qu'a atteint son industrie chimique, en essayant de donner non un tableau complet de toute son activité, mais une documentation vivante de ses possibilités dans les domaines les plus modernes et les plus complexes.

On avait donc choisi un nombre limité d'exposants : mais ceux-ci montraient la perfection obtenue par l'industrie italienne dans ce domaine très élevé de la technique.

La Société « Carlo Erba », l'Institut « Sierotera-pico Milanese » et l'Institut « Serono » ont représenté les progrès de l'industrie pharmaceutique; les Thermes de Salsomaggiore ont exposé l'iode; les principaux fabricants d'essences ont montré les essences d'agrumes italiens qui ont une renommée mondiale; les parfumeurs, les parfums que les Italiens savent tirer de leurs fleurs et les nombreuses compositions artificielles qu'ils produisent désormais.

Le Groupe Montecatini a indiqué le maximum de progrès réalisé par un grand organisme capable de couvrir le domaine entier de l'industrie chimique transformatrice, c'est-à-dire depuis l'extraction, en passant par la synthèse des azotés et l'industrie chimique lourde, jusqu'aux manipulations les plus délicates de la chimie synthétique.

La Terni a démontré la vitalité d'un autre grand groupe producteur d'azotés.

La Solvay italienne et le Consortium des Producteurs de Chlore et de Soude embrassèrent le domaine de la grosse industrie des Alcalis.

L'Appula, la Gaslini, le Consortium italien des Extraits de Tanin ont montré, entre autres, les conquêtes récentes en ce qui concerne l'utilisation chimique des produits et sous-produits agraires.

La Société « Boracifera » (du Borax) de Larderello, les producteurs de la « Cappelli-Ferrania », présentèrent le progrès accompli dans le domaine des préparations qui réclament un contrôle chimico-physique continuel.

© Le Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Bruxelles 1935