Retour - Liste Pavillons

Boutiques Italiennes (ENAPI)


Boutiques Italiennes (ENAPI) à l'exposition de Bruxelles 1935

© E. Sergysels

Dans une salle d'une superficie de 600 mètres carrés, l'artisanat italien avait disposé les oeuvres de 118 maîtres artisans, appartenant aux centres producteurs les plus caractéristiques de la péninsule. Ces œuvres, toutes exécutées entièrement à la main, pour ce qui concerne la technique et, pour ce qui concerne le style, d'après des conceptions artistiques qui reflètent dans les formes et la décoration, l'évolution rapide de toute la production italienne, offraient le cadre sommaire, mais complet, de l'art décoratif italien moderne : céramique, meubles, objets en bois sculpté et en marqueterie, broderies, dentelles, travaux en paille et en raphia, vitraux artistiques, cuirs travaillés, objets en albâtre, en onyx, en nacre et corail, mosaïques, métaux ciselés et repoussés, orfèvrerie, tissus et tapis confectionnés avec les matières les plus diverses.

Quelques productions de caractère artistique industriel, c'est-à-dire des modèles exécutés en série mais d'une façon limitée et contrôlée, figuraient également en nombre restreint.

Sur les parois du salon, des peintures à la détrempe représentaient quatre des principaux arts décoratifs : le tissage, la marqueterie, la céramique et le verre.

Les 5,000 objets exposés étaient le résultat d'une sélection faite par la Fédération qui encadre la grande famille des artisans italiens, laquelle comprend plus de 800,000 inscrits. Sauf quelques types traditionnels, classiques ou rustiques, les objets exposés représentaient autant de modèles d'une nouveauté absolue, objets dûs en partie à la collaboration entre artistes créateurs et artisans exécutants et en partie à la création directe, originale, de ces mêmes maîtres artisans.

De pittoresques boutiques se trouvaient aussi dans les jardins, non loin des autres pavillons de la Section italienne.

© Le Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Bruxelles 1935