Retour - Liste Pavillons

Iran


Iran à l'exposition de Bruxelles 1935

© L'Epi
Architecte(s) : M. Frankignoul

Le Palais de l'Iran s'élevait dans un coin charmant de l'Exposition, au centre du jardin des dahlias, près du Hall International, et des pavillon de la Palestine et de l'Egypte, complétant avec eux une synthèse de l'Orient légendaire et moderne à la fois. Cet édifice s'inspirait d'un des monuments les plus célèbres de l'antiquité : le palais de Darius à Persépolis. Au haut d'un large perron, des colonnes portaient un sobre péristyle, décoré de lions ailés à face humaine. M. Frankignoul, l'architecte chargé de la construction de ce palais, en étudia les plans dans nos musées; il eut pour collaborateur M. René Burgraeve.

Dès l'entrée on était saisi par une atmosphère d'art et de luxe délicats; aux murs et sur le sol, des tapis, répliques des tapis de Perse les plus justement fameux. Parmi eux, une copie du tableau « la Chasse », une des merveilles orientales du Musée du Louvre. Les visiteurs admiraient la finesse, le fondu, le velouté de ces tissus d'une étonnante finesse; l'un, de pure soie, était la merveille de cette section.
Le Département de l'Industrie, en ces dernières années, a multiplié en Iran les écoles professionnelles où l'on enseigne l'art de reproduire les anciens tapis persans.

On voyait aussi dans ce pavillon des argenteries fines de Chiraz et d'Ispahan : vases, coupes, bibelots, ciselés à la main avec un art minutieux; les mêmes qualités distinguaient les cuivres repoussés, très nombreux et très beaux. Les artisans iraniens ont repris en effet, les traditions des vieux graveurs orientaux. D'immenses plateaux de cuivre évoquaient les grands poètes persans, les anciens rois de l'Iran; puis, c'étaient des scènes de chasse, des reproductions de tableaux célèbres, de tapisseries. Des artistes avaient peint des fleurs, des animaux, des visages hiératiques sur de légers candélabres et des chandeliers de bois. D'autres avaient combiné la peinture et la dorure pour créer de splendides couvertures de livres ou d'albums, des reliures du goût le plus raffiné. D'autres encore, travaillant l'os et l'ivoire avec une perfection héritée de longues générations d'artistes, en avaient fait des ceintures, des bracelets, des objets illustrés de miniatures.

Les soies et les cotons imprimés, les tentures, les rideaux, les broderies d'Ispahan et de Recht, les tapis, le style du pavillon, la claire décoration des murailles, tout concourait à donner à la section persane, l'aspect d'un palais des Mille et une Nuits. Mais, d'autre part, on pouvait constater, en étudiant avec l'attention que méritait chacun d'eux, les compartiments occupés par les industries principales de l'Iran d'aujourd'hui : fruits secs, laines d'Astrakan, coton, peaux, etc., que ce pays très ancien, marche d'un pas résolu dans la voie du progrès.

Tel fut l'avis de tous les visiteurs et celui de S. M. le Roi Léopold III, qui aux derniers jours de juillet 1935, s'arrêta longuement au Pavillon de la Perse.

© Le Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Bruxelles 1935