Retour - Liste Pavillons

Finlande


Finlande à l'exposition de Bruxelles 1935

© L'Epi
Architecte(s) : Hytonën et Luakonen

Le Comité organisateur de la section finlandaise comprenait : M. Jaako Kahma, directeur général de l'Association d'exportation, et grand ami de la Belgique, le baron E.-F. Wrede, le Ministre U.-U.-G. Orasma, M. Robert Lavonius, M. Arthur Wetzell, M. Urho Kevimaki. M. l'architecte Harry Rôneholm, remplissait les fonctions de commissaire général, M. Sigurd Majorin, vice-consul de Finlande à Anvers, étant commissaire général adjoint.

Les plans du pavillon étaient l'oeuvre de MM. Hytonën et Luakonen. Le bâtiment couvrait 200 mètres carrés et se présentait sous la forme d'un grand bloc blanc, détaché sur un fond de verdure, aux abords du Pavillon de la Ville de Rome. Un mât, semblable à celui que les Scandinaves plantent au seuil de leur habitation, élevait très haut l'étendard finlandais, croix bleue sur fond blanc. Et la façade n'était qu'une immense verrière — si bien que du dehors, les passants apercevaient tout l'intérieur du pavillon.

La partie principale en était constituée par une vaste salle en fer à cheval, décorée des écussons des neuf provinces finlandaises. Le parquet était en fin contreplaqué ; aux murs, les architectes avaient dessiné neuf fresques synthétiques, résumant les aspects pittoresques et architecturaux des régions de la Finlande. C'était surtout la Finlande touristique et culturelle qu'on avait tenu à montrer : et quelques images symboliques évoquaient la vie en ces régions si peu connues encore : un voilier, un canot, un archipel, un arbre, un athlète en course, un lynx, un ours, un pêcheur jetant ses filets, un cerf, une paysanne inclinée vers la terre qu'elle cultive — autant de visions précises et schématiques de l'existence finlandaise et de ses particularités.

D'habiles photomontages, où le désordre était un effet de l'art et du goût le plus adroit, montraient la vie joyeuse des plages du pays, la splendeur des chutes d'eau, la foulée du coureur Nurmi, gloire de sa patrie, les ports de chargement des bois (celui de Ukras est le plus important du monde), les cathédrales, les cloîtres et les grandes Ecoles ; les ateliers, les scieries, les entrepôts ; les paysages enneigés de la Laponie aux confins septentrionaux de la Finlande.

Des vitrines, ouvertes sur l'avenue rassemblaient des faïences, des étoffes, des cristaux, des bronzes, mille objets d'art appliqué, décelant une culture très ancienne et des goûts raffinés.