Retour - Liste Pavillons

Gaz


Gaz à l'exposition de Bruxelles 1935

© E. Sergysels
Architecte(s) : R. Verwilghen

Edifié à l'initiative de l'Association des Gaziers belges « Société Technique de l'Industrie du Gaz en Belgique », d'après les plans de M. Verwilghen, architecte-ingénieur, le Palais du Gaz était situé le long de l'Avenue des Frondaisons, à l'angle de cette avenue et de l'Avenue des Belges.

C'était un bâtiment oblong, au style sobre et moderne, une sorte d'immense vaisseau aux parois de verre d'une superficie intérieure d'environ 2,500 m2 et dont les stands totalisaient une superficie de près de 1,700 m2.

Par une ingénieuse disposition, grâce à la déclivité du sol, le rez-de-chaussée s'ouvrait sur l'Avenue des Frondaisons par un escalier principal tandis que le sous-sol, établi à 3 m. 75 en contrebas; débouchait à niveau de l'Avenue des Belges.

Un spacieux restaurant, avec deux terrasses, , l'une couverte, l'autre à l'air libre occupait la partie du Palais située à l'opposé de l'escalier d'entrée.

Au centre du hall d'honneur se dressait un haut relief à quatre faces, dû au ciseau de M. Xhrouet. L'une des faces du monument rappelait qu'il avait été édifié à l'initiative de l'Association des Gaziers belges; les trois autres étaient consacrées à Van Helmont (1577-1644), auteur du premier « traité sur les gaz »; à Minkelers (1734) inventeur du gaz et à Lenoir (1859) inventeur du moteur à gaz, tous trois Belges.

La décoration intérieure avait été heureusement réalisée par M. De Vlamynck.

Le Palais du Gaz abritait les multiples présentations du Groupe XIV, c'est-à-dire les applications domestiques et industrielles du gaz. Presque tous les appareils fonctionnaient sous les yeux des visiteurs. Il en était ainsi notamment de la cuisine du restaurant.

Au sous-sol étaient évoquées, par des graphiques, des photographies, des dioramas, des maquettes de fours de carbonisation, les applications du gaz dans l'industrie.

Dans le hall d'honneur, le visiteur pouvait se rendre compte de l'importance économique de la distillation de la houille. Ainsi se trouvait mis en vedette le rôle qu'elle joue dans la sauvegarde des richesses charbonnières de la Belgique.

Une grande carte lumineuse montrait la manière dont est organisée la distribution du gaz dans le pays. Un arbre généalogique permettait de se rendre compte de la prodigieuse série des sous-produits de la distillation de la houille qui procurent à l'agriculture, aux industries chimiques et à la défense nationale, les bases dont elles ont besoin. Une tonne de houille donne en moyenne comme produits principaux 300 m3 de gaz, 70 kg. de coke, 50 kg. de benzol, du sulfate d'ammoniaque dont dérivent une multitude de substances. Il est à noter que plus de 3,000 industries emploient le gaz et qu'il y a en moyenne 7 procédés de chauffage auxquels le gaz est appliqué dans chacune de ces industries.

Au rez-de-chaussée étaient exposés les appareils à gaz à usage domestique et industriel : foyers et radiateurs, aérothermes, chauffe-bains, machines à lessiver, armoires de réfrigération, appareils de cuisine pour ménages, grands appareils pour cuisine collective, fours de boulangerie, de biscuiterie, de pâtisserie, friteries, cuves pour la confiserie, fours pour la cuisson et la décoration de la porcelaine et de la faïence, fours pour traitements thermiques des métaux, chalumeaux pour verrerie, etc. Un moteur d'auto équipé pour la marche au gaz, des bonbonnes pour gaz surpressé complétaient la présentation.

Une curieuse rétrospective attirait l'attention; on y voyait une collection de compteurs, d'appareils de chauffage et d'éclairage de 1835 à 1935; le visiteur y retrouvait les engins maniés jadis et pouvait constater les progrès réalisés dans ce domaine.

Le groupe de constructeurs de matériel de distribution exposait des tubes en acier, des tuyaux en fonte, des accessoires de tuyauteries de tous genres, des vannes, des pots de purge, des compteurs, des appareils de régulation et de mesure. Les becs, lanternes, manchons, verrerie, etc., présentaient un ensemble complet des procédés d'éclairage.

Le visiteur ne manquait pas d'être pénétré de l'importance d'une industrie fondamentale tant dans son domaine propre que dans celui des industries connexes. Il se rendait compte que le gaz est devenu, dans tous les domaines de la technique, le combustible précieux entre tous qu'il était depuis longtemps déjà dans le domaine domestique.

© Le Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Bruxelles 1935