Retour - Liste Pavillons

Batiment


Batiment à l'exposition de Bruxelles 1935

© L'Epi

Erigé à l'initiative de la Société belge des Urbanistes et Architectes modernistes, le Pavillon de la Collectivité du Bâtiment occupait avenue Charlotte, à côté du Palais de l'Automobile, un emplacement de 83 mètres de façade sur 30 mètres de profondeur.

Conçue en style moderne, cette construction se composait d'une partie centrale à la façade entièrement vitrée et de deux ailes divisées chacune en deux sections. L'ensemble comprenait ainsi cinq sections, divisées elles-mêmes en stands. Ces sections étaient :
Le gros-œuvre comprenant toute la documentation relative au matériel des chantiers : briques, mortiers, bétonneuses, etc.;

Les huisseries qui réunissaient portes, chambranles, volets, menuiseries en général;

L'hygiène qui se préoccupait des installations sanitaires, du chauffage et de la ventilation : on pouvait y voir notamment les modèles les plus récents de salles de bains, une cave-abri contre les gaz, etc.;

Les deux sections de parachèvement groupant les verreries, les glaces, les revêtements et
les travaux des derniers ouvriers du bâtiments : peintres, électriciens, ferronniers, serruriers, etc.

Illustré de photographies d'architecture moderne et rehaussé d'apports inédits au point de vue architectural, l'ensemble faisait honneur à ce fleuron de l'économie belge qu'est l'industrie du bâtiment.

C'est le 28 mai 1935, que M. le ministre Van Isacker procéda à l'inauguration officielle du Pavillon. La cérémonie était honorée de la présence de MM. Adolphe Max, Caspers, Fonde et de nombreuses personnalités du monde des architectes et du bâtiment.

Elle se déroula dans le vaste hall orné d'une gigantesque mappemonde due au graveur cartographe Léon De Moor.

M. J.-F. Hoeben, président de la section, prit le premier la parole pour remercier le Ministre des Affaires économiques du haut patronage qu'il a bien voulu accorder à la Collectivité du Bâtiment.

Le Ministre reprenant l'adage célèbre « Lorsque le bâtiment va, tout va », en délimita exactement le sens et la portée et déclara qu'on pouvait, en certains points, considérer en effet l'industrie de la construction comme le critère de la prospérité économique du pays. Il eut un mot aimable pour les réalisateurs du Pavillon et les assura de la sollicitude du Gouvernement belge.

© Le Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Bruxelles 1935