Retour - Liste Pavillons

Madame Veuve Delon


Madame Veuve Delon à l'exposition de Paris 1878

Nous allions oublier le pavillon où Madame veuve Delon expose les merveilleux produits de sa scierie mécanique.

Admirons d’abord ce qui nous semble la perle de cette exposition : un peigne en dentelle d’or découpé à la main, chef-d’œuvre de bijouterie exécuté par la créatrice de l’industrie. A côté et devant, une glace dont le cadre est formé d’appliques métalliques sur velours et dont la décoration laisse bien loin la monotonie des cadres faits avec le carton-pâte doré, seul employé jusqu’à présent. Un modèle de porte en fer repercé qui par la finesse de l’exécution, semble un travail de fée, et qui indique bien que rien n’est plus à faire dans cette merveilleuse industrie des métaux découpés, et que la machine est devenue maîtresse de cet art.

Viennent ensuite des garde-feu en cuivre découpé, des jardinières en métal découpé, une glace dont le cadre est de cuivre découpé et gravé, des porte-plats, des appliques sur vitre en métal découpé, des lambrequins, des rampes d’escaliers, etc., etc.

Ne quittons pas le pavillon sans regarder son plafond à jour, formé de vitres enchâssées dans le métal découpé. La lumière filtrant à travers les vitraux produit un effet charmant.

©Les Merveilles de l'Exposition de 1878