Retour - Liste Pavillons

Eaux Minérales



Le pavillon des eaux minérales est curieux à un double point de vue. Celui qui, dans un but d’étude scientifique, désire se rendre compte des richesses minérales de la France, en trouve ici la collection complète et il peut s’en procurer gratuitement les notices.

Le simple profane qui n’est mû que par un sentiment de curiosité voit tous ses désirs comblés ; un comptoir tenu par des demoiselles est installé au milieu du pavillon ; dites un mot, et on vous sert immédiatement, moyennant une très-légère rétribution, un verre de n’importe quelle eau minérale.

Toutes les sources de France ont tenu à figurer à l’Exposition. En voici la nomenclature par ordre alphabétique :

Allevard , un site des plus pittoresques, situé dans l’Isère, dans les alpes dauphinoises, à une hauteur de 475 mètres; — ses eaux sulfureuses et iodées sont excellentes pour les affections de la poitrine, l’asthme, les laryngites, les bronchites, les extinctions de voix, etc.

Aulus-les-Bains , dans l’Ariége, au pied même des Pyrénées, est souveraine contre les maladies de l’estomac, des intestins, du foie, contre la gravelle ; elle est laxative, diurétique et dépurative.

Balaruc-les-Bains , près Cette, convient aux paralysies, aux affection^ rhumatismales, aux indispositions résultant de blessures anciennes.

Baréges, dans les Hautes-Pyrénées, près de la frontière d’Espagne^ — encore un site attrayant, — à 1,232 mètres au-dessus du niveau de la mer — guérit lès affections nerveuses, rhumatismales, et particulièrement les vices du sang.

La Bauche (Savoie). — Eau ferrugineuse, s’applique aux maladies chroniques auxquelles les femmes sont exposées. Elle est souveraine pour les maladies de l’estomac, telles que gastrites, gastralgies, crampes, laryngite, anémie, etc.

La Bourboule, — en pleine Auvergne. — source arsenicale par excellence, fait disparaître les fièvres intermittentes, fortifie les tempéraments débiles ou affaiblis, triomphe des maladies de la peau, des rhumatismes, des névralgies , des angines, laryngites et bronchites chroniques, le diabète et l’albu-minerie, etc.

Bourbonne-les-Bains, — dans la Haute-Marne. — Ses eaux chlorurées -sodiques-fortes combattent les rhumatismes musculaires, articulaires, noueux, les névralgies, les lésions du système osseux, le lymphatisme.

Brides-les-Bains, — en Savoie, près Chambéry. — Ses eaux guérissent la chlorose, la leucorrhée, et particulièrement l’obésité.

Les eaux de Salins-Moutiers, voisines de Brides-les-Bains, s’appliquent particulièrement aux affections cutanées, aux maladies des os, caries, ostéites, nécroses, au rachitisme, aux scrofules ganglionaires, scrofules osseuses ou viscérales, etc., etc.

Bussan, — dans les Vosges. — Eau gazeuse, alcaline, Ferrugineuse, lithinée pour les affections du système nerveux, des voies digestives et urinaires.

Capvern, — dans les Hautes-Pyrénées. — Eau sulfatée et ferrugineuse pour les maladies des intestins, du foie, de la rate, etc., de la gravelle, de la goutte, des coliques hépatiques.

Cauterets. — Un site délicieux des Pyrénées près d‘e Lourdes, possède une vieille forteresse d’origine romaine. — Ses eaux sulfureuses triomphent principalement dans les rhumatismes , affections scrofuleuses , catharres utérins, diverses maladies de la peau, maladies des voies respiratoires, etc.

Chateldon, — dans le Puy-de-Dôme. — Ses eaux, d’une composition très-fortifiante, augmentent l’énergie des fonctions vitales ; elles conviennent dans tous les cas d’affaiblissement.

Contrexeville, — dans les Vosges, — Ses eaux, très-renommées, guérissent la gravelle, les maladies du foie, la goutte, etc.

Saint-Christau , — dans les Basses-Pyrénées, vallée d’Aspe ; — guérit la chlorose, les affections utérines, les affections des fosses nasales, les ophthalmies chroniques, etc.

Dolaincourt, — dans les Vosges. — Ses eaux, très-alcalines, sont précieuses dans les cas de pharyngites granuleuses, laryngites, bronchites, les eczémas, la gravelle, etc.

Greoulx, — dans les Basses-Alpes. — Ses eaux, déjà connues et appréciées par les Romains , trouvent leur emploi principal dans les affections dartreuses, syphilitiques, scrofuleuses ; elles guérissent les abcès froids ; elles s’appliquent à la goutte, à la névrose, à la phthisie, à l’asthme et au catarrhe, aux affections de la vessie, etc.

Guillon-les-bains. — Dans le Doubs. — Ses eaux sont excellentes pour les bronches, la vessie, la gravelle, les maladies de la peau et toutes les maladies des femmes.

Maléon, — dans l’Ardèche. — Son eau, l’eau de Seltz naturelle française, — ramène les forces digestives, est excellente contre les maladies de poitrine, le scorbut, etc.

Luchon, — dans les Pyrénées. — Ses eaux, très-sulfureuses, sont souveraines pour les maladies de la peau, le lymphatisme, les affections des voies respiratoires, les catarrhes de la vessie , les rhumatismes, les nerfs, les scrofules, etc.

Mont-Cornadore, —dans le Puy-de-Dôme. Ses eaux conviennent principalement aux maladies des femmes et des enfants ; elles combattent l’anémisme, le lymphatisme, la diathèse scrofuleuse, la goutte, etc.

Mont-Dore, — dans le Puy-de-Dôme, — ses eaux, qui étaient célèbres déjà sous les empereurs romains, sont excellentes contre la bronchite, la laryngite, les affections de la poitrine.

Montmirail, près Vacqueiras, — dans le Vaucluse. — Ses eaux, (eau verte, purgative; eau sulfureuse, dépurative; eau ferrugineuse, tonigue prévalent contre l’obésité , les dispositions à l’apoplexie, les maladies de la peau, de la gorge, de la poitrine, des voies urinaires, corruption du sang, chlorose, anémie, consomption, etc.

La Motte-les-Bains , — dans l’Isère. ' — Ses eaux s’emploient dans les affections de l’utérus, rhumatismes, goutte, maladies des centres nerveux, lymphatisme , scrofules , maladies désarticulations ou des os, obésité, syphilis constitutionnelle.

Orezza, — dans la Corse. — Ses eaux acidulés ferrugineuses sont excellentes contre les fièvres intermittentes, l’état anémique, chlorotique, les pâles couleurs, l’affaiblissement, les névralgies, etc.

Plombières-les-Bains, — dans les Vosges. Station très-renommée, eaux très-efficaces contre les maladies des voies digestives, gastriques et intestinales, rhumatismes, chloroses, fièvres, etc.

Rieumajou, —.dans l’Hérault. — L’eau minérale de cette source es! gazeuse, alcaline, ferrugineuse, tonique, apéritive, reconstituante.

Royat, — dans l’Auvergne. — Eaux spéciales pour le traitement du rhumatisme chronique, de la goutte, de la gravelle, des maladies de la peau, et de toutes les affections qui dérivent de l’arthritisme.

Saint-Sauveur, — dans les Hautes-Pyrénées. — Eaux spéciales dans les cas de catarrhes , inflammations, accidents de la puberté ou suites de couches ; elles combattent la stérilité et toutes les affections nerveuses.

Salies-de-Béarn. — Eaux spéciales pour le lymphatisme, la chlorose et ses conséquences.

Uriage, — un des sites les plus ravissants de l’Isère, à mi-chemin de la Salette. — Ses eaux sont spéciales aux maladies cutanées, en raison de leur nature dépurative et fortifiante.

Vals, — dans l’Ardèche. — Ses eaux combattent avantageusement les engorgements du foie, les calculs hépatiques, la gravelle, la dyspepsie, etc.

Il est évident qu’aucun pays n’est aussi largement favorisé que la France au point de vue des sources minérales.

L’exposition de ces eaux et leur dégustation rendue possible au public ont attiré un grand nombre de visiteurs. On prenait les eaux en visitant l’Exposition, c’était double plaisir.

Ajoutons encore ce détail :
La couleur bleue en teinte plate désigne la variété bi-carbonatée ; avec hachures horizontales, la variété silicatée.
La couleur verte, teinte plate : variété sodique ; avec hachures, variété calcique.
Les couleurs bistres ou ocres, teintes plates : eaux carbonatées ; avec hachures, eaux crénatées.
La couleur rouge, teinte plate : eaux chlorurées ; avec hachures horizontales, sulfatées ; avec hachures verticales, carbonatées.
La couleur orange, teinte plate : eaux gazeuses simples ; avec hachures horizontales, gazeuses alcalines.

©Les Merveilles de l'Exposition de 1878