Retour - Liste Pavillons

Dégustation des Vins Français



Le pavillon de la dégustation comprend deux parties.La première est occupée tout entière par la maison d’Epernay; l’autre partie est occupée par divers négociants qui ont exposé des vins et spiritueux.

Très-curieuse la partie occupée par la maison Mercier : on y remarque une grande carte vinicole de la Champagne, exécutée spécialement par la maison et une vue de ses établissements principaux et d’une partie de ses immenses caves, qui sont reliées par une voie ferrée aux chemins de fer de l’Est; mais ce qui attire surtout l’attention, c’est un magnifique foudre qu’elle a exposé. Ce fût gigantesque, qui fait l’admiration des visiteurs, est d’une contenance de 75,000 bouteilles de Champagne; il est fabriqué du plus beau merrain de Hongrie, fendu sur maille, sa surface est unie et vernie comme celle d’un meuble précieux ; les cercles qui l’entourent pèsent à eux seuls 1,500 kilogrammes. Sa façade principale est ornée de riches sculptures représentant les quatre saisons et les armoiries des principaux vignobles de la Champagne.

Dans la seconde section du pavillon, se trouve une grande réunion de vins fins et de cognac.

Vous y trouverez même une délicieuse bière, dite bière Gallia, qui sort de l’usine modèle de Montrouge, et qui ne revient qu’à 7 fr. 20 les douze bouteilles.

Voici d’autres vins de Champagne, entre autres ceux de la maison Joseph Perrier et Cie, de Châlons-sur-Marne.

Nous trouvons à côté d’eux les cognacs (grande Champagne), de M. Léocroi, de Saint-Même, les produits de la maison Bolliot et Cie, de Cognac.

Enfin les Cognac-Londres, cette amusante et commode invention, due à l’Union des vignobles, et que leur petit volume rend si utiles aux voyageurs.

Saluons enfin l’eau de mélisse des Carmes et sa vieille réputation.

Parmi les exposants collectifs figurent: les chambres de commerce de Bordeaux, de l’Hérault, de Beaune, de Dijon, de Mâcon et Charolles, le comice viticole de Chablis, etc.

Les autres exposants collectifs sont au nombre de 27.

Enfin, mentionnons l’eucalypsinthe, la liqueur de nouvelle invention qui veut détrôner l’absinthe.

On s’arrête volontiers à écouter les explications que donne l’exposant. L’eucalypsinthe offre, dit-il, le goût de l’absinthe sans en présenter les dangers ; donnez donc la préférence à la première, vous qui avez la déplorable manie des apéritifs.

M. Bessède a inventé aussi l’eucalyp-mouth contre le vermouth, l’eucalypter contre le bitter, l’eucalyptreuse contre la chartreuse.

On voit qu’il guerroie contre les liqueurs nuisibles ; nous ne savons si la lutte se terminera à son avantage, mais, en tout cas, c’est là une tentative qu’il convient d’encourager.

L’eucalypsinthe s’emploie, en outre, comme médicament, principalement contre la fièvre.

©Les Merveilles de l'Exposition de 1878