Retour - Liste Pavillons

Haïti



L’exposition de la république d’Haïti offre cette particularité que le gouvernement est le seul exposant, à l’exception toutefois de M. E. Nau, de Port-au-Prince, qui a envoyé une très-intéressante collection minéralogique.

Est-ce à dire que l’exposition de ce pays soit pauvre? loin de là, elle montre de splendides échantillons de tout ce que l’homme peut désirer sous un climat de la nature de celui de Haïti.

Il est vraiment regrettable que Haïti n’ait occupé au palais du Champ de Mars qu’une petite vitrine, si restreinte et si mal placée que, pour la trouver, il fallait positivement avoir l’intention très-arrêtée de la découvrir.

Nous ne nous arrêterons pas à la céramique ni aux objets de campement ; nous arriverons de suite aux collections de bois.

Le visiteur émerveillé trouve là des bois d’acajou, de campêche, de fer, de gayac, d’ébène, de cèdre, de pin, de mancenillier, de latanier, des bois rouges, bois de mulet, de fer-blanc, de fer de lance, de goyavier, de dentelle, etc., etc.

Aux produits alimentaires, nous trouvons le riz, le maïs, le manioc, les haricots, la canne à sucre; les confitures d’oranges, d’ananas, de coco ; le sucre de la plaine du Port-au-Prince ; enfin, le rhum et le tafia.

Voici, au surplus, des détails que nous trouvons dans le Catalogue spécial de la République d’Haïti et qui intéresseront certainement le lecteur :
« La République d’Haïti occupe plus du tiers occidental, soit presque la moitié de la grande île d’Haïti, ou Saint-Domingue, dans les Antilles. L’île d’Haïti est située entre le 17e, 55 et le 20e degré de latitude nord, et entre le 71e, 77 degré de longitude ouest du méridien de Paris. Elle est bornée au nord, à l’ouest et au sud par la mer des Antilles. Une ligne ondulée, qui va de l’embouchure de la rivière du Massacre au nord, jusqu’à la rivière de l’Anse à Pitre au sud, sépare la République d’Haïti de la République dominicaine, toutes deux respectivement indépendantes. La population est de 800,000 habitants.

« Les côtes de la République haïtienne sont profondément découpées et forment de tous côtés des abris sûrs pour les vaisseaux. La baie de Mancenillo, le môle Saint-Nicolas, le golfe des Gonaïves, les baies du Port-au-Prince, de Leogane, des Cayes, de l’anse d’Heinault, d’Aquin et de Jacmel, correspondent aux principales échancrures de cette ligne côtière.

« Les principaux ports sont : Port-au-Prince, les Cayes, Jérémie, les Gonaïves, le cap Haïtien, Saint-Marc, Jacmel.

« La superficie totale de File est de 753 myriamètres carrés. Elle a environ 160 lieues de longueur, de l’est à l’ouest, et la largeur, du nord au sud, varie de 7 à 60 lieues; la circonférence est de 360 lieues.

« L’ile est arrosée par des fleuves do moyenne grandeur et par un grand nombre de rivières; des sources d’eaux minérales et thermales jaillissent de diverses montagnes, et quelques lacs, parmi lesquels le plus important est celui d’Assuey, contribuent aussi à donner à la terre une fraîcheur salutaire et à y développer une magnifique végétation.
Le sol est montagneux et présente alternativement tantôt des hauteurs boisées où l’altitude et le voisinage de la mer entretiennent une brise salutaire, et tantôt des vallées profondes, où la température chaude des tropiques provoque le développement d’une végétation exubérante.

« Quelques îles voisines de la côte appartiennent à la République haïtienne.

« Les eaux minérales ferrugineuses, salées ou sulfureuses ; les marbres, le jaspe, les agates, l’opale, le soufre, le bitume, le charbon de terre, les anthracites, se trouvent abondamment dans File. Le fer, l’étain, le cuivre, l’antimoine, la manganèse, le mercure à l’état natif; l’argent, l’or et le platine s’y rencontrent, et tous ces produits du règne minéral pourraient donner lieu à des exploitations très avantageuses.

« Quant au règne végétal, l’acajou, le chêne, le pin, le fustic, le bois de satin et une foule d’autres bois, propres aùx constructions civiles, navales et à l'ébénisterie, forment sur les montagnes des forêts immenses, qui peuvent donner à l’exportation des produits fructueux.

« Il faut ajouter à ces produits la cire du palmier, le dividivi et beaucoup d’autres produits du pays, tels que l’oranger avec toutes sses variétés, l’ananas, la banane, la sapotille, le mango, les cherimolles, etc., etc., qui fournissent à la table d’excellents fruits.

. « La grande richesse du pays, comme produits remarquables, abondants et exceptionnels du sol, c’est surtout les cafés, qui sont appréciés avec juste raison sur tous les marchés du monde et qui y tiennent une place de premier ordre par leur quantité et par leur qualité.

« Le café est un produit naturel du sol haïtien et une des plus grandes richesses de la République. La production annuelle de ce produit est de 63 millions de livres environ et son exportation, tant en Europe qu’en Amérique, atteint annuellement le chiffre énorme de 60 millions de livres. Les cafés d’Haïti sur les grands marchés d'Europe sont ainsi classés :
« 1° Saint-Marc; 2° Gonaïves; 3° Cap et Port-de-Paix ; 4° Port-au-Prince, Léogane et Jacmel; 3°Miragoane; 6° Jérémie, Cayes et d’Aquin.

« Les produits qui figurent à l’Exposition, quoique triés naturellement, représentent parfaitement le type moyen de leur provenance, et ils sont classés par arrondissement sans commentaire, afin de laisser à chacun la part qui lui revient.

« Le gouvernement fait en ce moment de grands efforts pour arriver au nettoiement complet de ce précieux produit, en faisant venir des machines à décortiquer et à trier les
cafés, pour les distribuer en primes aux cultivateurs. On peut donc compter à bon droit, dans un très-bref délai, sur une amélioration rapide, et sur une plus-value naturelle des cafés d’Haïti, sur les marchés commerciaux d’Europe.

« Les cafés d’Haïti sont avec raison fort estimés par la consommation française ; peu de sortes, en effet, réunissent au même degré l’arôme et la force.

« Viennent ensuite les cacaos et les cotons, les bois de teinture, le tabac, l’écaille, le rhum et le tafia, le roucou, le curcuma, le pite, la cochenille, l’aloès, etc., etc.

« Tout le monde sait, du reste, combien, au temps de sa plus grande prospérité, cette île a été célèbre par sa richesse.

« Le territoire de la République est divisé en cinq départements, subdivisés eux-mêmes en arrondissements et communes.

« Les villes principales sont Port-au-Prince, premier port de la République, situé à l’extrémité de la baie de la Gonave ; les autres villes les plus importantes sont : le Cap Haïtien, Jacmel, les Cayes, Gonaïves, Môle-Saint-Nicolas, Jérémie, Saint-Marc. On trouve dans les villes ou dans les environs un certain nombre d’établissements industriels, tels que fonderies, distilleries, brasseries, tanneries, cordonneries ; dix ports ouverts aux navires étrangers font un commerce très-important d’importation et d’exportation.

« Les pays avec lesquels se fait le commerce d’Haïti sont, par ordre d’importance : — les Etats-Unis, la France, l’Angleterre, l’Allemagne et presque tous les autres pays du monde.

« Le climat est sain et tempéré. La législation politique et civile est la législation française, plus ou moins modifiée.

« L’éducation est en honneur dans l’État. Les habitants se servent de la langue française et professent la religion catholique, sans exclure aucun autre culte.

« Cette île a donc été magnifiquement dotée par la nature, et c’est aux populations libres qui la possèdent aujourd’hui à développer de plus en plus tant de dons de la Providence. »

©Les Merveilles de l'Exposition de 1878