Retour - Liste Pavillons

Salle des fêtes


Salle des fêtes à l'exposition de Paris 1878

Architecte(s) : Gabriel-Jean-Antoine Davioud, Jules Bourdais

Neuf portes, donnant sur les corridors circulaires et correspondant à chacune des fenêtres, servent d’entrée et de sortie.

La salle a 31 mètres de hauteur et 45 mètres de diamètre ; les tribunes, au lieu d’être en saillie, sont prises dans le mur, a la façon des tribunes d’église, et se trouvent par rangées sous chacune des neuf baies.

Au-dessous des tribunes commencent les gradins qui cessent à un certain endroit pour faire place à un cordon de loges et qui reprennent immédiatement au-dessous pour descendre ensuite jusqu’au ras de la salle.

Au fond, une élégante estrade, de forme originale, pouvant contenir au moins quatre cents musiciens.

Au-dessus de l’estrade se trouve un orgue de douze mètres de hauteur de M. Cavailhé-Coll.

Le plafond de la salle doit à son tour attirer notre attention ; il est moucheté d’étoiles fantaisistes, il est moucheté de fleurons; tout cela peint délicatement, avec une sobriété qui dénote le soin méticuleux avec lequel on a voulu éviter les couleurs criardes, enfin tout ce qui est de mauvais goût ; ce que nous disons là ne s’applique pas seulement au Trocadéro, mais à l’exposition entière, où le goût préside partout, et nous sommes bien assuré que personne ne nous contredira.

Signalons enfin une grande composition qui décore le fronton et qui est due au pinceau de M. Charles Lemeire. Le sujet est : La France harmonieuse attirant à elle les autres nations.

Toutes les nations y sont représentées, cela va sans dire ; on remarque la Russie dans l’attitude du guerrier qui remet son épée au fourreau. L’allégorie est bien comprise et la peinture en est de bon style.

Sur les deux flancs de la salle des fêtes, se trouvent les deux salles réservées aux congrès et aux entretiens publics.

©Les Merveilles de l'Exposition de 1878