Exposition universelle des produits de l'agriculture, de l'industrie et des beaux arts - Paris 1855

Agriculture, Industrie et Beaux-arts

15 mai 1855 - 15 novembre 1855


Retour - Liste Pavillons

Colonies Françaises

manque image

La Martinique et la Guadeloupe ont étalé leurs produits à main droite, le Sénégal, l’ile de la Réunion et Taïti, à main gauche. On voit dans celle exposition des échantillons de bois, d’armes, de fruits, de tabacs, de laine, de soie, d’étoffes faites de ces matières et portées par les indigènes ; de céréales et autres produits de nos colonies, du café, du sucre, des épices etc., et de très-belles dents d’éléphant.


L'Algérie suit avec une très-belle collection de ses produits, exposée par M. le ministre de la guerre. Une grande loge, à la tête de cette exposition, contient de très-beaux échantillons de céréales, des tiges de blé gigantesques, des gerbes magnifiques de blé dur et de blé tendre, des bois de thuya, de cactus, de chêne, etc. L’extérieur de cette loge est orné de peaux de panthères et de lions, d’une dépouille d’autruche, et des objets en paille faits par les indigènes. Derrière cette loge on voit des échantillons très-remarquables de coton, et au-dessus l’arbrisseau qui le produit. Des grains de toutes sortes et des farines montrent la richesse et l’avenir de cette belle colonie. Une loge pareille à celle de l’entrée, se trouve au bout. Elle contient également des gerbes de blé, des bambous d’une hauteur incroyable, du maïs, etc. A main droite sous la galerie, est une collection de minéraux, parmi lesquels on remarquera l’agate, ou marbre onyx translucide d’une grande beauté, des objets faits de cette matière, et en outre, du vin, de l’huile, etc. A gauche on a placé des objets d’ébénisterie faits à Paris, et des bois d’Algérie.

Si nous montons à la galerie du côté sud, qui nous reste à parcourir, nous trouvons des étoffes de coton faites dans nos fabriques du Haut-Rhin avec des cotons d'Algérie, des pianos et des meubles également exécutés en bois d’Algérie.

La Guyane française expose à côté une pirogue, quelques oiseaux empaillés, quelques grains et des épices ; les établissements français dans l’Inde, des bois, de l'huile de coco, des essences, des livres imprimés et des caractères tamouls fondus par les indigènes. Des objets en caoutchouc de toutes sortes, et des produits chimiques de fabrique française suivent.

A côté d'elles, les substances alimentaires, suivies encore de produits chimiques de toutes sortes.

L’Autriche vient après, avec du papier, plumes, couleurs, produits chimiques, sucre et appareils orthopédiques ; — La Prusse a exposé ici des échantillons de sirops, de liqueurs, d’eau de Cologne, de cigares, de bougies, de sucre ; — le Wurtemberg, du sel ammoniaque, de l’amadou, des produits chimiques, etc. ; La Hollande, des bougies, des liqueurs, des grains , des papiers peints, des cartes à jouer, etc.

On a placé à côté une exposition intéressante des institutions de sourds-et-muets de Bordeaux et de Paris. L’institution de Bordeaux a envoyé des ornements d’église d’une très-belle exécution et celle de Paris un meuble très-bien fait, une machine à sculpter des statues, inventée par un élève de cet établissement, des objets sculptés en os et des broderies de beaucoup de goût.

Tunis vient après, avec des céréales, des fruits Secs, des peaux de panthères et autres ; du miel, des nattes, des eaux minérales, de la poterie ordinaire, du cuir et des objets en cuir. L’Espagne expose ici du savon, dos bougies, des papiers peints, des cartes à jouer, un billard, des objets en liège, des cigares, du chanvre et du sel gemme de Catalogne.

Une petite exposition de persiennes de toutes sortes de fabrique parisienne, sépare l’Espagne des Colonies Anglaises, qui occupent le bout de cette galerie. Les produits agricoles de toutes espèces exposés par le ministère du commerce de la Grande-Bretagne, sont suivis par ceux des îles Baléares et de Malte, composés de café, de sucre, de bois, de poissons secs, de beaux paniers faits de coquillages, d’oiseaux empaillés, de nattes de fibres de bois, et de divers spécimens d'impression et de gravure.

La Jamaïque a des bois de teinture, du sucre, du café, du rhum, de l'arrow-root, des minéraux, des fossiles, des photographies, dos instruments de musique, etc.
La Guyane anglaise expose du sucre et cent-onze différents échantillons de bois et de fibres de différents arbres, par exemple, de palmier, de bananier, d’agave et autres, qui servent à la fabrication des cordages de toutes sortes, de la plus mince corde jusqu’au cable le plus fort d’un trois-mâts : des gommes, du quinquina, de l’amidon, des grains, du café, du cacao, du riz, etc. complètent cette exposition.

©Promenades dans l'exposition de 1855