Exposition universelle des produits de l'agriculture, de l'industrie et des beaux arts - Paris 1855

Agriculture, Industrie et Beaux-arts

15 mai 1855 - 15 novembre 1855


Retour - Liste Pavillons

Italie, Espagne et Portugal

manque image

La galerie suivante se divise en deux parties : à droite est la Toscane, à gauche l’Espagne, dont nous avons déjà vu les principaux produits au premier étage du Palais.

Dans cette exposition accessoire, la Toscane nous offre sur les deux faces une très-belle collection géologique, parmi laquelle les beaux marbres de la côte qui touche à Massa-Carrara ; à gauche, l’Institut royal de Florence a exposé des machines de physique, et à droite, jusque sous la voûte, se prolongent les huiles, les grains et les cuirs.

De l’autre côté de l’annexe, c’est-à-dire sur la rive gauche, s’étend l’exposition espagnole. De magnifiques échantillons des nombreuses mines de l’Espagne forment une collection importante au point de vue des exploitations. En face, à droite, est la poterie d’ornement, puis des échantillons de fonte, parmi lesquels on remarquera le buste de la reine Isabelle II, celui du roi et celui du général O’Donnell. Au pied de ces bustes est un canon du calibre de 32 livres, fondu à Turin, puis à droite, toujours de beaux marbres des Pyrénées et de la Sierra-Leone. Le côté gauche est occupé par une splendide collection de bois des immenses forêts qui couvrent les flancs des Pyrénées, exposés avec les feuilles, les graines et les fruits. Viennent ensuite les produits agricoles qui se prolongent jusque sous la voûte des galeries hautes. Les huiles occupent les planches placées le long du mur, et h côté s’étendent les laines des moutons mérinos et des bergeries royales qui couvrent l’Espagne.

On passe immédiatement après, toujours à gauche, dans l’exposition du Portugal. Des fontes, parmi lesquelles on remarquera celle de Diane, des cordages, du liège; un magnifique vase en poterie du pays pour tenir l’eau fraîche, nommé alcarajas ; puis des charbons et des grains, à gauche, forment toute l’exposition de ce pays.

La partie droite de la galerie est occupée par les Etats pontificaux, dont toute l’exposition se réduit à de superbes échantillons de marbres bruts ou travaillés à la mode romaine, de bois des forêts des Apennins, de charbons de Velletri, et de roseaux occupant la rive droite et se prolongeant jusqu'au mur du Cours-La-Reine.

Quelques produits sardes se trouvent encore là : un coffre-fort, une série de modèles industriels, un moulin, et un système de locomotion pour ballons. En face sont les machines agricoles de la Savoie, toujours sur la rive droite ; une voiture de Turin et des billards.

©Promenades dans l'exposition de 1855