Exposition universelle des produits de l'agriculture, de l'industrie et des beaux arts - Paris 1855

Agriculture, Industrie et Beaux-arts

15 mai 1855 - 15 novembre 1855


Retour - Liste Pavillons

Canada

manque image

Maintenant, nous arrivons à la collection du Canada qui occupe une superficie d’environ 2,510 mètres carrés; et le visiteur remarquera qu’elle contient tous les matériaux de la contrée qu’elle représente, bruts ou fabriqués, et montre un tableau complet des ressources naturelles et de la civilisation du Canada. Sur le côté du nord sont des productions minérales, qui se composent de minerai de fer, d’un grand aérolilhe, et des minerais de cuivre. On y voit aussi de l’or natif en poussière, d’une valeur de 10,000 à 12,000 fr., des ardoises et des productions minérales comme celles qu’on emploie dans la construction, la pierre lithographique, et les couleurs, minéraux, etc. Tout près il y a une collection très-belle de céréales. Les échantillons sont rangés sur deux lignes et se composent d'une quantité de grains assez grande. Il y a treize échantillons de froment; 23 différentes espèces de pois et plusieurs autres sortes de graines aussi bien que de la farine; des échantillons de sucre d’érable et de sirop d’érable, et d’autres espèces de sucres raffinés. Sur le même comptoir un exposant, M. Shepherd, montre plus de cent variétés de semences de fleurs, et Mlle Shepherd expose des aquarelles représentant des pommes, prunes, melons, légumes, etc., d’une grande ressemblance. Il y a encore des modèles en cire de fruits et de légumes. En outre des substances alimentaires, on remarquera des échantillons d'huiles de baleine, de phoque, requin, morue, etc.

Une collection de blocs des grands arbres des forêts canadiennes vient ensuite et nous conduit aux bois de commerce, dont il y a un trophée au milieu du carré qui a 15 mètres de hauteur, et se compose de trois étages, avec un escalier en spirale a l'intérieur.

De l’étage le plus élevé, on a une vue étendue de l’intérieur de l'édifice. A la base du trophée sont deux portes faites à la mécanique, et dont le bon marché est surprenant. Plusieurs modèles de vaisseaux et de bateaux à vapeur entourent ce trophée des dépouilles, des antiques forêts. Au sommet se trouve un castor, qui est le cimier des armoiries canadiennes. Du côté nord, le visiteur remarquera un modèle du pont Victoria, qui est un viaduc du chemin de fer Grand-Trunk, et est d’une longueur de presque une lieue de France. De l’autre côté du trophée sont plusieurs autres spécimens des travaux publics du Canada. Il y j a encore deux voitures à quatre roues, très-légères et élégantes, et deux pompes à feu. Les Canadiens sont renommés pour la construction des objets de sauvetage. On voit dans leur exposition des instruments tranchants, une machine à coudre, et des meubles. Contre le mur, à côté de la rivière, se trouvent plusieurs dessins représentant des villes et des édifices publics et des photographies d’un caractère remarquable. Une belle collection de plus de 300 oiseaux et animaux empaillés, du Canada, attire les regards.

Parmi les échantillons de cuirs, il y en a qui sont faits de peau de marsouin, d'une qualité très-supérieure, et qui paraissent être un produit particulier du Canada. On voit encore là des fourrures, chaussures, harnais, de la sellerie, des savons, des produits chimiques, des bois de teinture, de la cire, etc.; des viandes conservées, des échantillons de reliure, de typographie, etc.

La dernière case contient des robes indiennes et des objets faits par les indigènes, qui se composent de nattes, boites, porte-cigares, fabriqués avec de l’écorce de bouleau, brodés de poil d’élan d’Amérique; on remarque encore des dards de porc-épic, et les produits de diverse industries dans lesquelles les Indiens sont très-habiles, leur système d’application de certaines couleurs étant encore inconnu aux autres habitants du pays. Et enfin il y a plusieurs instruments d'agriculture.

En sortant du compartiment du Canada, le visiteur trouve une collection de modèles de travaux d’architecture, exposés par M. le ministre des travaux publics en France. On y remarquera entre autres le modèle du pont Napoléon, construit sur la Seine, à Bercy, pour le chemin de fer de ceinture ; celui du pont d’Arcole près l’Hôtel-de-Ville, et celui du pont d’Asnières sur le chemin de fer de Versailles. De plus, le modèle du viaduc très-hardi sur la Rance (Côte-d’Or), et un autre de l’aqueduc de Roquefavour, conduisant les eaux delà Durance à Marseille; en face se trouve le modèle des échafaudages établis pour la construction de ce même aqueduc.

©Promenades dans l'exposition de 1855