Exposition universelle des produits de l'agriculture, de l'industrie et des beaux arts - Paris 1855

Agriculture, Industrie et Beaux-arts

15 mai 1855 - 15 novembre 1855


Retour - Liste Pavillons

Galerie d'accès à l'Annexe

manque image

Pour conduire le visiteur de la manière la plus convenable, nous le prierons de monter à la petite galerie du côté du Cours-la-Reine, où il trouvera quelques meubles faits de bois d’Algérie et des étoffes de soie faites à Lyon de soies d’Algérie. Ensuite un grand groupe de vitrines remplies, du côté gauche, de produits agricoles; du côté droit, des modèles en cire et autres d’oiseaux empaillés, etc., d’appareils de chirurgie, eLc. On voit exposés le long du mur les nouveaux procédés pour l’enseignement de la lecture, de l’écriture et du calcul. Le second groupe de vitrines contient les instruments de chirurgie de toutes sortes. Le troisième groupe est consacré à l’art du dentiste et aux instruments astronomiques. Suivent les papiers, les instruments de physique, de géométrie, d’optique, etc., les appareils électriques les stéréoscopes, etc., exposés par la France.

La Belgique expose ici des ruches d’abeilles et des produits agricoles de toutes sortes, des instruments d’optique et de physique en général, des télégraphes; et l’Autriche, des produits agricoles, de la coutellerie, des appareils magnétiques et électriques d’une grande beauté, des armes, des cartes géologique et des pendules. La Prusse a également ici des appareils électriques, des instruments d’optique, du papier, des articles en caoutchouc, etc ; la Hesse, la Saxe et le Wurtemberg ont des produits agricoles, des minéraux, du papier, etc ; la Norwége a des costumes pittoresques, des traîneaux, des voitures et des peaux. La Compagnie Hollandaise des Indes Orientales expose des tissus, des produits agricoles, des bois, et des objets en usage chez les indigènes. Suivent encore des objets de la Norwége, savoir : des produits agricoles, des minéraux, des ustensiles de ménage, du papier, des bois de toutes sortes. La Sardaigne a du marbre, des minéraux, etc., et Rome, le modèle d’un toit fait sans emploi de bois.

Après avoir passé devant quelques modèles de constructions civiles, quelques minéraux, objets de terre cuite et autres, de France, on arrive à l’Angleterre et ses colonies. Il y a là des alpacas, des ruches d’abeilles et des papiers peints de la Grande-Bretagne. La Nouvelle-Zélande expose des bois, des minéraux et une collection très-originale des curiosités de ce pays, envoyée par le colonel Wyngard. Le Cap de Bonne-Espérance a envoyé des minéraux, des produits agricoles, des cuirs, du bois, et quelques meubles faits de ces bois. La terre de Van-Diemen a des oiseaux empaillés, des minéraux et des produits agricoles ; l’Australie des échantillons de typographie, des oiseaux empaillés, des minerais de ses mines aurifères, une ruche d’abeilles, des céréales, des vins, etc. Après les animaux empaillés, les peaux, les images d’indigènes et d’autres curiosités de l’Archipel des Indes, vient Ceylan, qui termine celte galerie. Celte colonie expose des modèles de bateaux, des meubles, de la bijouterie, et différents objets faits par les indigènes.

©Promenades dans l'exposition de 1855