Exposition universelle des produits de l'agriculture, de l'industrie et des beaux arts - Paris 1855

Agriculture, Industrie et Beaux-arts

15 mai 1855 - 15 novembre 1855


Retour - Liste Pavillons

Pourtour

manque image

Retournons encore une fois à la porte sud du Palais, pour examiner le pourtour du Panorama.

Nous voyons dans l’axe de l'entrée du Palais principal de beaux meubles de luxe de M. Grohe, à Paris. Citons entre autres un médailler en bois d’ébène, un buffet en chêne sculpté, avec des figures de cuivre argenté, représentant le Commerce et la Paix; deux trépieds sculptés en bois doré, une ravissante caisse à fleurs.

En suivant le pourtour, nous admirons sur notre droite un magnifique porte-fusil en chêne sculpté, de M. J. Fossey ; ensuite un meuble d'antiquaire, de noyer sculpté, avec moulures d'ébène, d’un style très-pur, de M. G. Maynard ; dans l’allée transversale sur notre gauche, se trouvent ; à droite, un porte-fusil en chêne, supporté par deux chiens enchaînés, également en chêne ; un bureau-bibliothèque, de poirier, de Guéret; plus loin, une armoire style Louis XV, et une psyché, de Lendolph ; un buffet de boule, en cuivre, émail et composition d’argent, de Bellangé; à gauche, des meubles superbes de Fourdinois, savoir une armoire en ébène, une table a échiquier en bois de rose, et un bureau style Louis XV.

Au pilier à droite de l'escalier A, nous trouvons adossés de ravissants petits miroirs de toilette, en bois sculpté. La loge, à droite du pilier, renferme une immense cheminée sculptée en chêne, de Rondillon. Devant le pilier à droite de cette loge, se dresse une pièce d’ébénisterie très-ingénieuse, de M. Gemy ; c'est une cave à liqueurs placée sur un guéridon. Par un mécanisme très-habilement ménagé, on transforme celte pièce en râtelier de pipes et de cigares, avec bonbonnière, table à jeu, jeu de roulettes-, enfin on peut descendre la cave dans le centre de la table et former ainsi un guéridon. Le prix de ce meuble curieux est de 3,000 fr.

Remontons maintenant l’allée transversale sur notre droite. Là, nous voyons, à droite, un lit et une table en bois d’ébène, de Mercier -, à gauche, une bibliothèque en ébène, avec des médaillons argentés, du - prix de 6,000 fr. ; un buffet en bois, travail de marqueterie avec des peintures de Fouque, de MM. Bigot et Cie ; d'autres meubles en marqueterie de M. Rummel; enfin, des meubles de Boule, de M. Diehl, entre autres une table-étagère, un coffret à cachemires, une cave à liqueurs et une psyché en ébène, à miroir double.

En rentrant dans le pourtour, nous rencontrons, à droite, un buffet en chêne et ébène de Chaix, un bureau armoire de Hoefer, et une grande bibliothèque en noyer de Klein. Dans l’allée transversale, sur notre gauche, nous trouvons, à droite, une armoire à glace et un bureau prie-dieu en ébène de Sicard à Lyon; plus loin, un buffet-étagère en poirier, avec des sujets représentant les quatre parties du monde et les hommes les plus célèbres de tous les temps, de Ribaillier, fournisseur de S.M. l’Impératrice; enfin, un buffet en noyer de Roussel ; à gauche, un joli buffet en ébène; et plus loin, des meubles en marqueterie avec incrustation de porcelaine, de Rivart, entre autres un magnifique guéridon, du prix do 3,000 fr.

La loge située à droite de celle de M. Rondillon renferme une énorme bibliothèque, chef-d’œuvre de marqueterie, avec ornements en cuivre doré, de MMe veuve Allard et fils : le prix de celle pièce est de 20,000 fr.

Remontons maintenant l’allée transversale sur notre droite : nous y voyons, à droite un bureau-ministre à quatre faces, en noyer, de M. Salomon, du prix de
5,000 fr.;de plus, à droite et à gauche, plusieurs jolis lits. Revenons dans le pourtour : nous remarquons pris du mur, une bibliothèque en chine, de Weiber-Pitelti, et un buffet on chine de Ribaillier. Dans l'allée transversale à gauche se trouvent, à gauche, un buffet en noyer; à droite, des meubles en papier mâché, de Drageon, et des meubles en laque, de Mainfroy. La loge, en face de cette allée, renferme de splendides meubles en laque, d'Osmont, entre autres une armoire à glace de
2,500 fr.; la loge, â droite de la précédente, abrite des meubles de Boule, entre autres un lit magnifique de Daguin et Philippe.

Nous remontons maintenant l'allée transversale sur notre droite ; on y remarque à gauche, des meubles en laque incrustés, entre antres un buffet avec incrustations de nacre, de 6,000 fr. de MM. Ducroy, Rose et Cie. Dans le pourtour, du côté du mur, s’élève la belle bibliothèque en chêne de Beaufils à Bordeaux ; à côté, un bahut de salon, en ébène et marbre, orné de fleurs en mosaïque. Le haut des murs est décoré de papiers peints et de tapis d’Aubusson. Plus loin s’adosse au mur une énorme chaire d’église, en chêne, d’un style un peu lourd ; en face de cette chaire, on voit une collection de billards de Bouhardet, entre autres un de bois d’ébène aux ornements de bronze doré , du prix de 10,000 fr. A côté de la chaire se trouve l'entrée de la galerie des dessins industriels. Parmi les dessins qui sont suspendus aux murs ou exposés sur des tables, on remarque, à gauche de l’entrée, celui d'une nappe commandée par la maison de l’Empereur ; celle pièce aura 30 mètres de long sur quatre de large. Les autres dessins se rapportent aux tissus, à l'orfèvrerie, ébénisterie, enfin à presque foutes les branches industrielles.

Outre les dessins il y a encore dans la même salle un certain nombre de modèles de constructions différentes. Nous citons, à droite de l’entrée, les modèles d'une cité ouvrière, d’une nouvelle forme , de constructions monumentales, de charpentes, le plan-relief du port de Calais avec mouvement mécanique, œuvre de quinze ans de travail, par M. A. Caron, employé à la douane de Calais. A gauche de l’entrée se trouvent, entre autres, un relief du Mont-Blanc ; le modèle de la gare de Rome pour le chemin de fer de Civita-Vecchia : plusieurs feuilles de la magnifique carte de France publiée par le Dépôt de la Guerre, etc.

Si nous retournons au pourtour et pour continuer notre tournée à l’endroit où nous l’avons interrompue, nous voyons à gauche, près d’une des entrées de l’intérieur de la rotonde, une loge remplie par les meubles et les lits de M. Osmont et de M. Descartes. Parmi ces derniers, nous admirons un lit et une toilette d’un goût exquis, recouverts de dentelle ; de plus des lits-canapés et un divan dit siamois, à six sièges. L’espace, vis-à-vis de cette loge et jusqu’au mur du pourtour, est rempli par des meubles et de la literie de Paris, dans les formes les plus variées. Les loges, après l’escalier B, abritent des ornements en zinc et cuivre estampé, des articles de ménage et des outils, tandis que les vitrines qui s’élèvent dans toute la largeur du pourtour nous montrent les produits si nombreux de la cristallerie.

Après avoir passé devant l’escalier conduisant à la grande Annexe, nous remarquons dans les loges à gauche des articles de ménage, des outils et des armes blanches. L’espace du milieu est occupé par plusieurs rangées circulaires de vitrines : celles de gauche renferment de la coutellerie, et celles de droite une collection de lampes des plus splendides; enfin les vitrines du milieu forment une espèce de carré, où nous admirons les produits de l’armurerie de Paris et de Saint-Étienne. Nous citons entre autres un fusil commandé par l’Empereur, et un autre commandé par le vice-roi d’Egypte, dans la vitrine de M. Gastine-Renette, ainsi que la riche exposition de M. Devisme, couronnée par un immense aigle en 1er, dont les ailes sont formées par des lames et la foudre par des baïonnettes.

A droite et à l’extérieur du pourtour s’adosse une galerie circulaire, où nous trouvons les expositions de la serrurerie et de la ferblanterie.

A peu près en face de l'escalier D commence la région des instruments de musique des facteurs français. Les flûtes et les tambours ouvrent la marche ; ils sont suivis par les instruments à vent en cuivre et par les violons. Au milieu sont placés les pianos, orgues, harmoniums, mélodiums : nous y trouvons tous les facteurs célèbres, les Erard, les Pleyel, Debain, Pape, Alexandre, Darche, Marix, etc., et le sono-type ou guide-accord de M. Delsarte, nouvelle invention très ingénieuse, pour faciliter l’accord des pianos. A droite s’adosse au mur l’orgue gigantesque de M. Ducroquet, l’auteur du grand orgue de Saint-Eustache.

Devant cet orgue sont placés plusieurs ouvrages en fonte, produits des grandes usines françaises. Nous citerons surtout la magnifique colleclion de statues, vases et autres ornements de M. Ducel, à Pocé, et de M. Barbeat, au Val d’Osne.

Remarquons encore, sur notre gauche et près de l’escalier J, une loge où se trouvent un lit magnifique et un buffet de M. Krieger, avec des meubles de salon et des décors d’appartement, de M. Deville, et pénétrons ensuite, par l'entrée située vis-à-vis du Palais principal, dans l’intérieur du Panorama. Dans le petit vestibule qui précède, deux très-belles bibliothèques, style florentin, de M. Barbedienne, dont celle à main gauche est en bois d'ébène massif et appliqué, et orné de bas-reliefs en bronze d’après Michel-Ange. Cette bibliothèque, qui vaut 35.000 fr., a valu à M. Barbedienne la grande médaille à l’Exposition de Londres. Celle en face est en chêne orné de lapis et d’agate; on voit une pendule au milieu, -avec deux figures en bronze, d’après celles de Michel-Ange qui ornent le tombeau de Médicis à Florence. Ce meuble vaut 22,000 fr.

©Promenades dans l'exposition de 1855