Exposition universelle des produits de l'agriculture, de l'industrie et des beaux arts - Paris 1855

Agriculture, Industrie et Beaux-arts

15 mai 1855 - 15 novembre 1855


Retour - Liste Pavillons

Autriche

manque image

A gauche de l’exposition prussienne commence celle de l'AAutriche. Le long du mur de la galerie s'étale un longue file de vitrines où brillent les produits magnifiques des fabriques de soieries et de velours de Vienne et de Milan, dont un grand nombre peut même rivaliser avec ceux de Lyon et de Paris. Au bout de ces vitrines on trouve un orgue expressif de M. de Lorenzi à Vicence. La partie supérieure du mur est ornée de superbes tapis de laine des fabriques autrichiennes.
Une autre rangée de vitrines s’étend parallèlement au mur, en divisant la galerie, dans sa largeur, en deux moitiés longitudinales : ces vitrines contiennent également des tissus de soie. Les vitrines placées à travers entre les deux grandes rangées, contiennent les soies écrues, grèges et teintes, les rubans et autres industries se rattachant à celle de la soierie, en outre des objets tressés de paille, des dentelles et de magnifiques broderies en laine et en soie de couleur. Quand on parcourt ensuite de la même manière l’autre moitié longitudinale, ou voit à droite dos soieries, des étoffes et des mantelets brodés d’une richesse incomparable ; une vitrine en forme d’obélisques, au bout de l'allée, montre des fils de laine peignée et teinte, de la filature de Vôslau, près de Vienne, un des établissements les plus renommés de l’Autriche. Tout le côté gauche de l’allée est occupé par les splendides châles de Vienne, les étalages du milieu par les lainages, les étoffes imprimées, les nouveautés de laine et mi-laine et par les toiles.

Dans les vitrines qui regardent la balustrade de la galerie, on voit les articles de vêtement, tels qu'habits, chapeaux, chaussures, etc. On remarque surtout un grand nombre de costumes nationaux de Bohême, Hongrie, Pensylvanie et Valachie, des vêlements en feutre, un costume d’homme tout en cuir, composé d un pantalon ne faisant qu’un avec les bottes, une veste et une casquette. Au plafond do celle allée sont suspendus plusieurs beaux lustres des cristalleries de Boheme.

©Promenades dans l'exposition de 1855