Exposition universelle des produits de l'agriculture, de l'industrie et des beaux arts - Paris 1855

Agriculture, Industrie et Beaux-arts

15 mai 1855 - 15 novembre 1855


Retour - Liste Pavillons

7ème carré (entre colonnes 18 et 20)

manque image

En regardant derrière le trophée de celte industrie, entre les colonnes 20 et 18, on remarquera à l’entrée et à main droite, parmi une collection de statuettes en biscuit, de M. Jacob, deux paysans d’un mètre de haut, très-joliment faits, et deux charmants petits trompettes. A côté, MM. Lahoche et Pannier, avec une très-belle coupe en rubis, au milieu, achetée par l’Empereur, et au-dessous une garniture de cheminée, composée d’une pendule sur un vase de cristal bleu, de 1,400 fr., et deux candélabres de bronze doré également sur vases de cristal bleu, à 900 fr. De plus, de belles peintures sur porcelaine, ainsi que la Niobé du Gorrège, des femmes se baignant, etc. Les groupes en biscuit, deM. Capoy, sont charmants, surtout les deux amoureux du milieu.

M. Mansard fils a de très-jolis vases ornés de peintures, et Jouhanneaud et Dubois, de Limoges, entre attires très-jolies choses, la reproduction (en plus grand) de deux pots, que nous avons vus sur le trophée de la nef. On verra encore avec plaisir, sur le haut, des oiseaux de biscuit, très-bien imités.

Sur l’étalage de M. Rihouet, on remarquera un beau dessert, à jour, style Pompadour, dont chaque assiette coûte 50 à 00 fr., un beau médaillon avec le portrait de l’Impératrice, et un tableau sur porcelaine représentent Raphaël peignant son célèbre tableau de la Vierge à la Chaise.

M. Finet a de très-jolies imitations de Chine, et Meyer, dont nous avons vu deux vases grandioses sur le trophée de la nef également, des imitations de vases du Japon ni de Chine, d'une composition inventée par lui, qui imie parfaitement la porcelaine, et rend les objets l'oins chers et moins fragiles. Ainsi, les vases bleu et or en haut ne coulent que 200 fr. et les cornets 100 fr. seulement. — A côté, se trouve M. Ernie, avec un beau vase orné de peintures (la Maltresse du Titien). Fleury a un très-joli buste de l’Impératrice, en biscuit, et un joli petit groupe en biscuit représentant la Fête du Vieillard. Celui-ci est couronné par des jeunes filles charmantes. A côté de ce groupe, on verra des groupes en miniature d’une très-belle exécution. — M. Macé expose à côté des objets dorés et peints d'après un nouveau procédé à lui, qui doit avoir pour résultat une économie de 50%. — M. de Bettignies, qui termine le pourtour, a de jolis vases et une jolie peinture sur porcelaine, représentant sainte Cécile. — En face, et au milieu, se trouve l’exposition de M. Honoré, dans laquelle on voit un très-beau tableau sur porcelaine, au milieu, les Vendangeurs en Italie, d’après l’original de Robert au Louvre. Deux grands vases de forme étrange, et de couleur framboise, à côté, sont ornés du chiffre impérial, ainsi qu’un très-beau service en bas.

Le côté droit du carré du milieu est occupé par M. Falmours, qui a un très-joli service bleu orné dé portraits historiques, tels que l’Impératrice, la reine d’Angleterre, Marie-Antoinette, Madame Adélaïde, etc. Quelques belles imitations de Chine et un très-joli petit groupe, à main droite, une Mère avec ses Enfants, complètent cette collection. M. Gille (deuxième côté), a, au milieu de sa loge, la statue de là Vierge (l’Immaculée-Conception) d’après Murillo, en faïence, en grandeur naturelle, d’une très-belle exécution, prix 1,800 fr.; un Cerf blessé à mort, également en grandeur naturelle, a gauche, de 2,000 fr. ; un faisan doré, 125 fr., et des oiseaux en relief, le tout d’une facture irréprochable-De jolis petits groupes ornent lés extrémités de la loge; à gauche, les Animaux et une Bacchante; à droite, le Combat de cailles, 90 fr.; le Premier pas de l’Enfance. 74 fr.,et au fond, l’Amour faisant forger ses flèches, 67 fr.

M. Boyer occupe le dernier côté du carré intérieur, avec des vases, etc., parmi lesquels les deux, au milieu! valent 4,000 fr., et appartiennent à l’Empereur. Mentionnons- encore une belle jardinière.

©Promenades dans l'exposition de 1855