Exposition universelle des produits de l'agriculture, de l'industrie et des beaux arts - Paris 1855

Agriculture, Industrie et Beaux-arts

15 mai 1855 - 15 novembre 1855


Retour - Liste Pavillons

Belgique

manque image

Le premier trophée que nous rencontrons en continuant notre tournée est le commencement de la Belgique. On y voit étalés les draps, casimirs et autres tissus de laine de la fabrique belge, remarquable par le bon marché de ses produits.

En face de ce trophée, se trouve un dais de bois de chêne sculpté dans le style du IVe siècle. La Vierge avec l’Enfant Jésus, debout sur le globe, également en bois sculpté, se voit au milieu. Un autel, de bois de chêne sculpté, de MM. Goyers frères, à Louvain, se trouve à côté. M. Miesbach, de Vienne, dont les terres cuites lui ont mérité la médaille de prix à l’exposition de Londres, se trouve adossé à cette chaire. Leur mérite est de mettre à la portée de tout le monde des ornements d’art par leur bon marché. A côté et à main droite, le même fabricant a placé une jolie petite fontaine, également en terre cuite, ornée de fleurs. Des enfants tiennent des cruches par lesquelles l’eau doit arriver. Une chaire hollandaise, de MM. Cuyper et Holgenberg, qui est derrière, attirera l’attention par l’exécution artistique de sculptures en bois. Les Zi Évangélistes ornent les panneaux de la chaire. L’espace n’a pas permis d’exposer le double escalier destiné à celle chaire et qui doit être d’un effet très-heureux, d'après le dessin que l'on trouvera attaché à l’escalier provisoire.

Le deuxième trophée belge est rempli d'ornements d’église, de dentelles et de riches broderies en or. Liège a étalé dans la vitrine suivante ses armes a feu célèbres, dont la perfection et le bon marché leur ont conquis une réputation européenne.

En face, une grande glace de la compagnie de Floreffe, d’une hauteur de 5 m. 25 c. et d’une largeur de 2 m. 85, termine les trophées belges.

©Promenades dans l'exposition de 1855