Retour - Liste Pavillons

Galerie Centrale



France. — Nous commençions par la muraille à gauche, en entrant dans la galerie.
Nous remarquions d'abord le Jour du dimanche (3159), scène florentine au seizième siècle, par M. Gendron; la Mort glorieuse de Poitevin, lieutenant au 39e de ligne, qui avait planté le drapeau de son régiment sur le bâtiment du télégraphe, à l'Alma (3807), par M. Rigo ; un Portrait du général Dembinski (3883), par M. Rodakowski; de Petites paysannes consultant des épis (2630), par M. Breton; un saint Sébastien mis au tombeau (3516), par M. Lazerges; le Thésauriseur (3254), et la Petite fileuse (3255), par M. Guillemin; un Portrait de Mlle Fix, de la Comédie française (3481), par M. Landelle ; les Martyrs chrétiens entrant à l'amphithéâtre (2524), tableau appartenant à l'Etat, peint par M. Benouville ( Fr.-Léon ) ; un saint François d'Assise bénissant la ville d'Assise (2525), appartenant à la maison de l'empereur, et dû au même artiste; la Fête des mendiants, mœurs du Finistère (3825), par M. Pottin ; les Seigles (3461), par M. Emile Lambinet; des Fleurs et des Fruits (3950 à 3958), par M. Saint-Jean, une de nos célébrités en ce genre de peinture: enfin un grand Portrait du maréchal Saint-Arnaud, par M. Lépaulle.
Si nous passions de l'autre côté de la galerie, nous trouvions la Distribution des aigles au Champ de mars (3832), un tableau de circonstance par M. Pruche, appartenant à la maison de l'empereur; un Berger breton (3408), par M. Jeanron; le Printemps, et un Effet du matin (2793 et 2791), par M. Corot; l'Incendie (2439), par M. Antigna; un Paysage (2733), par M. Jules Noël ; la Tireuse de cartes (2786) ; par M. Pe-zons ; la Récréation maternelle (3574), par M. Armand Leleux; le Vendredi saint (3131), et le Dîner (3132), par M.P.-E. Frère; les Glaneuses (2628), par M. Breton.
M. Vinchon avait exposé son tableau de Boissy d'Anglas à la séance du 1er prairial an 3 ( 4192). Ce sujet fut mis au concours en 1831; M. Vinchon obtint le prix de 10,000 francs. M. Delacroix concourut; son esquisse était exposée, nous la retrouvions plus tard.
Nous laissions à notre gauche les portes qui conduisaient au salon de M. Delacroix, pour pénétrer d'abord, par le premier portique que nous rencontrions, dans le salon de M. Ingres.

© Guide dans le Palais de l'Industrie et des Beaux-Arts 1855