Retour - Liste Pavillons

Architecture



Architecte(s) : François Alexis Cendrier

La cérémonie d'inauguration a eu lieu le 15 mai 1855.
Le palais était entièrement construit en pierre et en fer, et composé d'un corps de bâtiment central avec six partions qui le flanquent.
II mesurait, hors œuvre des murs, une longueur de 254 mètres, sur une largeur de 110 mètres; ce qui donnait une surface de 28,085 mètres carrés, qui, jointe aux autres pavillons qui le flanquaient, donnait un total général de 31,939 mètres carrés de bâtiments d'un seul tenant, couvrant 3 hectares 19 ares 3 centiares, ce qui forme un total de superficie de 50,011 mètres carrés pour le palais proprement dit.
Le palais était composé d'une grande salle centrale de 192 mètres de long sur 48 de large, qui offrait une surlace de 9,216 mètres carrés. Elle était subdivisée en vingt-trois travées espacées de 8 mètres.
Cette belle salle n'était surmontée d'aucun premier étage ; elle reçoit directement sa lumière de l'immense toiture en verre qui formait le dôme du palais et était supportée par d'énormes ferrures. Cette magnifique toiture de cristal était élevée de 34,80m.
Les galeries latérales qui entouraient la grande salle de 14 mètres de largeur et une hauteur de 16 mètres.
Ces galeries, dominées par le plafond du premier étage, étaient éclairées d'une part par les vastes arceaux donnant sur la salle principale, de l'autre par 208 fenêtre ouvertes sur les Champs-Elysées, jointes à de larges ouvertures pour favoriser l'entrée du jour dans les parties les moins bien situées de ce compartiment.
La longueur de ces galeries était d'environ 620 mètres ; elles étaient subdivisées par des colonnes qui portaient le premier étage et étaient espacées de 12 mètres.
La galerie du premier étage avait une hauteur de 19 mètres. Cette belle galerie, longue comme toute la salle et large 24 mètres, présentait une superficie de 18,072 mètres. Elle était éclairée de 318 fenêtres.
Elle était desservie par douze grands escaliers placés dans six pavillons qui flanquaient le périmètre du palais. 288 colonnes en fonte, de 9 mètres de haut, soutenaient cet ensemble au rez-de-chaussée. Le nombre en diminuait de moitié au premier étage.
Les six pavillons étaient percés de 72 fenêtres. Ils étaient divisés ainsi qu'il suit :
Pavillon nord; ou bâtiment d'administration, contenant les salles de réception, le salon de l'empereur et celui de l'impératrice le logement du directeur, les bureaux, le vestiaire, etc.
C'est par ce pavillon qu'avait lieu l'entrée principale.
Une porte de 15 mètres de diamètre sur 20 mètres de hauteur, double en profondeur, avec de grandes colonnes sur piédestaux de 6 mètres, s'ouvrait sur la grande avenue des Champs-Elysées.
Elle était surmontée d'un groupe représentant la France couronnant l'Industrie et le Commerce. Deux groupes d'enfants, à droite et à gauche, soutennait des cartouches ornés des armes et chiffres de l'empereur.
Au-dessous du groupe, on voyait un bas-relief représentant l'Industrie et les Arts venant offrir leurs produits au génie de l'Exposition.
Deux renommees ornaient les tympans, et, sous le porche, était sculptée encore une autre allégorie industrielle.
Tout autour du palais était gravés les noms et les armes des principales villes avec les noms d'hommes célèbres dans l'industrie.
Les autres pavillons, au nombre de quatre, étaient placés aux extrémités des galeries latérales. Ils contennaient les sorties et les dégagements.
Enfin le pavillon du sud, situé au centre, contennait les sorties nécessaires pour se rendre aux annexes.
Ces annexes, au nombre de trois : galerie du quai de Billy, pourtour et Panorama, terrains couverts de hangars, trouveront leur description autre part ; qu'il nous suffise ici de présenter le tableau suivant :
Le palais de l'Industrie proprement dit était plus petit que celui d'Hyde-Park, qui mesurait 74,318 mètres carrés, au lieu de 50,011 mètres carrés; mais si l'on y joint la totalité des annexes et le palais des Beaux-Arts, on se trouve avoir 21,000 mètres de plus qu'à Londres.

© Guide dans le Palais de l'Industrie et des Beaux-Arts 1855