Retour - Liste Pavillons

Estrémadure


Estrémadure à l'exposition de Seville 1992

© Alvaro Pinel
Architecte(s) : Tomàs Vicente Curbelo et Juan José Garcia Viondi

Il y a cinq cents ans, l’Estrémadure a joué un rôle essentiel dans la rencontre avec l’Amérique.
Aujourd’hui, notre vocation latino-américaine vient s’ajouter aux désirs de participation dans le processus de l’union européenne.

La pavillon se voulait le portique d’une visite qui pouvait être facilement prolongée si l’on désirait se rendre aux terres et aux villes de l’Estrémadure qui s’ouvrait à peu de kilomètres de Séville.

La rencontre avec l’Estrémadure suppose la contemplation d’une culture millénaire, d’où surgissent deux grandes idées : la splendeur de Rome, recréée tous les ans dans les monuments qui accueillent le Festival de Théâtre Classique, et la rencontre avec l’Amérique dont la Guadeloupe est le point de mire universel de spiritualité partagée.

Et en plus, il y a Caceres, Patrimoine de l’Humanité, Badajoz, Plasencia, Trujillo, de très belles villes monumentales, dans un cadre bien préservé.

L’Estrémadure monumentale, paysagiste, écologiste. L’Estrémadure de contrastes, verte et brune, de plaines et de montagnes. Une terre avec une qualité de vie et offrant des possibilités d’investissement.

L’Estrémadure, la route de 92, était pour le visiteur tout un monde.

© Guide Officiel Expo’92