Retour - Liste Pavillons

Mexique


Mexique à l'exposition de Montréal 1967

© expo67
Architecte(s) : Antonio Garcia Corona, Leonardo Favela Rey, Frederico Muggenburg

Le pavillon du Mexique a l'aspect d'un gigantesque coquillage qui s'ouvre au soleil. Il s'élève sur une vaste place ornée d'un imposant arc maya, d'anges musiciens et d'autres grandes sculptures.

Des l'entrée du pavillon - véritable musée où l'art règne en maître - une peinture murale illustre le thème de la présentation: le Mexicain et son milieu, l'homme, la nature, l'histoire, le progrès, les aspirations. On peut admirer de riches collections d'art préhistorique, précolombien et néo-espagnol. Le Mexique - pays de contrastes - présente également des oeuvres de ses artistes contemporains.

Les fouilles entreprises au cours des récentes années ont permis de retirer des pièces extraordinaires dont plusieurs sont exposées au pavillon et rappellent les empires aztèque, maya, olmèque et toltèque. L'art religieux est représenté aussi bien par les chambres sacrées de Bonampak aux murs couverts de fresques et les images de Quetzalcoatl, des dieux de la pluie, de la virilité, de la guerre, des déesses de la vie et de la mort, que par les autels d'or et d'argent d'une richesse inouïe, exécutés au cour de la période baroque, les statues du Christ et des saints.

Autre contraste: la période moderne. Evocation des progrès accomplis: la Cité universitaire, le centre médical, le centre domiciliaire de Mexico.

Les sports sont à l'honneur: combats de taureaux, football, courses de voitures, polo, tennis, pelote. Les coutumes millénaires revivent dans les danses et les costumes du Mexique moderne. A la sortie du pavillon, des sculptures représentent des athlètes mexicains de l'antiquité et, tout a côté, la statue en onyx d'un joueur de paume.

Au restaurant Fonda Santa Anita, et au bar Acapulco, le visiteur peut déguster des spécialités mexicaines aux accords des guitares et au son des trompettes des Mariachis.

© Expo67 - Rapport Général