Retour - Liste Pavillons

Le Palais du Congo Belge et du Ruanda-Urundi


Le Palais du Congo Belge et du Ruanda-Urundi à l'exposition de Bruxelles 1958

© Archives d'Architecture Moderne ( http://www.aam.be/ )
Architecte(s) : G. Ricquier

Ce palais monumental de 8.000 m2 développait une façade d'environ 150 m à front de l'avenue du Congo.

Huit portes donnaient accès au hall d'honneur majestueux.

De chaque côté de celui-ci étaient représentés les pouvoirs concédants : le Comité spécial du Katanga et le Comité national du Kivu, tandis que des panneaux décoratifs marquaient la présence du Ruanda et de l'Urundi.

La fresque de 300m2 qui ornait le fond du hall d'honneur était l'œuvre de M. Floris Jespers.

Dirigiez-vous vers la gauche, le groupe de la Science vous présentait le Congo à l'aide d'une grande maquette en relief, de dioramas et de cartes, il vous fait saisir les principales caractéristiques du climat; du régime hydrographique, de la géologie, de la faune et de la flore ...

De nombreuses autres disciplines telles que la géophysique, l'anthropologie physique, apportaient leur contribution à cette présentation.

Les arts ont pris en terre congolaise un .visage particulier.

Vous les trouviez réunis de l'autre côté du hall. Toute une littérature européenne et depuis peu indigène était axée sur le Congo.

En-dessous de la galerie figuraient en vitrines, diverses œuvres d'art provenant de collections privées et de musées; La musique, les chants et les danses traditionnelles animaient un décor de brousse.

Le long de la galerie, à l'étage, étaient représentées la peinture et la sculpture européennes et indigènes.

Du grand hall, par l'escalier d'honneur, gagniez l'étage supérieur où se trouvaient groupés de droite à gauche l'éducation et l'enseignement, la formation professionnelle, la santé, le sport, le tourisme, l'Information, la presse, la photographie et le cinéma, le colonat, les missions protestantes, et l'économie sociale.

L'enseignement tant officiel que privé était représenté sous deux formes : l'éducation et l'enseignement et la formation professionnelle.

Tous les degrés de l'enseignement se retrouvent au Congo, depuis l'école primaire jusqu'à l'université, sans discrimination de races.

Un grand vitrail illustrait l'évolution de la jeunesse congolaise au cours du demi-siècle écoulé.

Toutes les activités professionnelles lui sont ouvertes : c'est à quoi se consacre la formation professionnelle.

Les élèves congolais des écoles d'arts vous faisait admirer leurs œuvres dans un lieu de détente.

Dans le groupe de la santé, vous pouviez faire apparaître sur une grande carte lumineuse, l'emplacement des formations médicales tant gouvernementales que privées qui visaient à défendre la santé de l'indigène contre les fléaux qui sévissent sous les tropiques et à améliorer son standard de vie.

Cette lutte demande pour être victorieuse, que le cadre général de la vie des populations autochtones soit assaini, et que toute menace d'épidémies et de maladies soit dépistée à temps.

L'éducation physique de l'indigène vise aussi à développer son potentiel santé.

Les européens peuvent pratiquer au Congo tous genres de sport dont la grande chasse et la pêche.

C'est l'une des raisons du développement du Tourisme.

Un show» exceptionnel vous était présenté par l'information : son « Congorama » vous retraçait toute , évolution du Congo qui, il y a soixante quinze ans, était terre inconnue.

L'information joue un, rôle irremplaçable dans l'éducation des masses Indigènes. Vous pouviez vous rendre compte de la puissance de ses moyens : radio, presse" cinéma.

Une salle d'écoute vous mettait en communication avec un studio d'émission et d'enregistrement où opéraient techniciens et speakers congolais.

Dans le groupe Ciné-photo, vous étiez invité à choisir parmi les photos exposées, celles qui exprimaient le mieux le thème de l'Exposition.

En feuilletant «l'album de l'Homme», vous vous rendiez compte de la similitude des aspirations humaines qu'il s'agisse de l'européen ou de l'africain.

La photo est mise au service de la science: une encyclopédie de toutes les activités au Congo belge est constituée à l'aide de diapositives en couleurs.

Par ailleurs, le cinéma est utilisé, tant pour l'éducation culturelle, spirituelle et professionnelle que pour le divertissement des congolais.

Vous passiez maintenant dans le groupe du colonat : parmi les couches sociales au Congo, les colons forment la classe indépendante.

Ils sont aidés néanmoins dans leur installation par les services de colonisation du gouvernement.

Une croix vous indiquait l'emplacement des missions protestantes. Trois sections commentaient leurs œuvres : évangélisation, œuvres sociales et médicales.

Au centre de la rotonde, un groupe sculptural dû au statuaire Jean Canneel, représentait la famille indigène lisant la Bible.

Enfin le groupe de l'économie sociale vous exposait ses problèmes.

Au rez-de-chaussée, dans un cinéma pouvant contenir 300 personnes, passaient des films documentaires qui complétaient votre information.

Un restaurant et un café vous permettaient de terminer votre visite.

© Guide Officiel Exposition Universelle de Bruxelles 1958 - Desclée & Co