Retour - Liste Pavillons

Brésil


Brésil à l'exposition de Bruxelles 1958

© Expo58 - EGICARTE
Architecte(s) : S. Bernardes

La section du Brésil se proposait de vous montrer comment se crée une civilisation tropicale, depuis la découverte du pays par les Portugais, en 1500, jusqu'à son industrialisation actuelle.

Parmi les réalisations du présent, le pavillon attirait votre attention sur l'audacieuse et grandiose construction d'une nouvelle capitale, Brasilia.
L'architecte s'est servi de la déclivité du terrain pour bâtir ce qui vous semblait être une tente ouverte aux quatre vents: une toiture suspendue sur câbles d'acier recouverts de plaques en béton léger, appuyée sur quatre colonnes en ossature métallique.

Une rampe douce formait l'aire de l'exposition et entourait un jardin tropical, dont les espèces étaient représentatives de la flore du Brésil.

En vous promenant sur cette rampe, vous pouviez voir comment l'homme brésilien a réagi devant la nature exubérante de son pays.

En descendant la pente, vous aperceviez des grands panneaux qui suggéraient à travers les âges les différents cycles du développement du Brésil.

Ensuite, la partie médiane de la rampe vous décrivait l'importante contribution européenne, ainsi que les apports indien et africain, dès les débuts de la colonisation. Enfin dans le hall de l'exposition, vous trouviez- le Brésil moderne, ses transformations sociales, l'exploitation de ses abondantes ressources naturelles, son remarquable essor économique et industriel d'aujourd'hui.

Le pavillon vous présentait par son aspect panoramique ce pays, qui comptait plus de 60 millions d'habitants sur une superficie de plus de 8 millions et demi de km2.

Si vous le désiriez, des films vous renseignaient plus complètement sur l'actualité du Brésil, sur son étonnante unité nationale fondée sur l'inspiration chrétienne, la même langue - le portugais - et les sentiments de liberté, de progrès économiques et de bien-être social.

Ces représentations du riche folklore brésilien vous étaient également offertes.

Et certainement vous ne quitteriez pas le pavillon sans avoir dégusté le délicieux et pur café brésilien.


© Guide Officiel Exposition Universelle de Bruxelles 1958 - Desclée & Co