Cette exposition avait pour but de commémorer le centenaire de l’achat de la Louisiane à Napoléon Ier pour 15 millions de Dollars.

Ce n’est réellement que le 7 juin 1896, lors de l’interventionen faveur d’une telle manifestation du Gouverneur du Missouri, David R. Francis, que l’idée se concrétisa.

Ainsi le 23 janvier 1898, faisant suite au soutien de « Central Trade and Labour de Saint Louis », le soutien du gouvernement fédéral ne se fit pas attendre.

Le 20 août 1901, le président McKinley invita toutes les nations à venir participer à cet évènement. Pour ce qui est du financement en lui-même, ce dernier fut assuré par le Congrès et les états fédéraux.

La date prévue pour l’exposition fut théoriquement en 1903 mais comme l’intérêt pour cette événement était mitigé dans les pays étrangers et que cette fête devait surpasser les précédentes.

David R. Francis retarda l’ouverture d’un an, ce qui lui permit de faire un voyage promotionnel pour motiver les nations étrangères à y participer.

Cette troisième exposition universelle Américaine avait pour but l’éducation du « citoyen idéal », de ce fait la place de l’enseignement dans cette expo fut prioritaire.

Le 21 juin 1901, il fut décidé de localiser cette exposition dans « Forest Park » qui se situait à 10 km à l’ouest de Saint Louis. Les travaux n’épargnèrent aucun cm2 de ce parc, tous les arbres furent arrachés, un lac artificiel fit son apparition à la place du lac naturel et même la colline fut rasée.

La surface totale de 500 hectares de ce terrain dépassa tout ce qui avait pu ce faire auparavant.

Cette surface se divisait en 5 zones caractérisées par différents types architecturaux :
- les palais d’exposition
- les pavillons Américains
- les pavillons étrangers
- l’agriculture et l’horticulture
- le parc d’attraction

Les architectes Skiff et Masqueray réalisèrent des palais d’expositions dans un style néoclassique et menèrent les constructions grâce à de gigantesques échafaudages recouverts de bois et surtout de plâtre. Ces grands bâtiments blancs étaient disposés autour d’une salle des fêtes et reliés entre eux par de larges boulevards. La salle des fêtes dominait l’ensemble et surtout le grand bassin. Cette rotonde, dont la coupole était plus grande que celle de Sait Pierre de Rome, pouvait accueillir jusqu’à 3500 personnes. Quant au grand bassin de 180 mètres de diamètre, ce dernier était composé de 3 cascades et de multiples fontaines dont le débit total à la minute était de 170 m3 minute.
Pour ce qui est de pavillons nationaux, aucune créativité ne fut vraiment réalisée car la plupart du temps ces derniers étaient des reproductions de monuments comme des temples Chinois, villa italienne….

Le parc d’attraction appelé « le Pike » s ‘étendait de l’entrée principale jusqu’aux bâtiments administratifs, le tout sur une longueur de un mile. Ce parc proposait au visiteurs de faire un « tour du monde » en commençant par les alpes Tyroliennes, puis un village esquimau, un bazar égyptien….

L’inauguration se déroula le 30 avril 1904 devant 200000 visiteurs. C’est le président des Etats Unis Théodore Roosevelt depuis la maison blanche à Washington, qui tourna une clé télégraphique en or et ce fut le signal de l’ouverture de l’exposition et la cérémonie d’inauguration put commencer.

C’est le 1er décembre 1904 que l’exposition pris fin en ayant attiré 20 millions de visiteurs. Les bâtiments furent tous démontés en 1905, à l’exception du palais des arts et des volières.

Pour ce qui est des 3èmes jeux Olympiques, ces derniers se tinrent au stade de l’Université de Washington situé dans le nord-ouest du terrain d’exposition, debutant le 14 mai 1904 et d’une durée de 6 mois. Ces jeux Olympiques participèrent eux aussi au succès des l’exposition universelle.