L’exposition de 1900 fut envisagée dans un premier temps pour contrer la proposition de l’Allemagne de faire une exposition universelle à Berlin et avait pour but de dresser le bilan du siécle écoulé, en présentant les progrés réalisés dans l’art, la science et l’industrie.

Cette exposition s’étendait sur 4 sites : le trocadero, le champs de mars, de l’esplanade des invalides jusqu’au Champs Elysées et le parc de Vincennes (où étaient présentés l’agriculture et les moyens de transports) ; et la Seine en était l’axe principal tout ceci dans un seul but : remédier au manque de place.

L’inauguration se déroula le 14 avril 1900, alors que tout n’était pas encore fini, ce n’est seulement qu’en juin que l’exposition pris son aspect définitif.

Au niveau architectural, quelques bâtiments comme le Grand et le Petit Palais ainsi que le Pont Alexandre III furent des prouesses techniques et de subliment réalisations quoique moins spectaculaire que la tour Eiffel de 1889.

Le temps de réalisation fut court, les 43 pays exposants construisirent pour beaucoup leur pavillon le plus souvant en papier-maché et plâtre mais les décorèrent magistralement pour les rendre tape à l’œil et duper ainsi les visiteurs.

Cette exposition fut un véritable succés et attira 50 millions de visiteurs, plus de 83000 exposants et engendra un bénéfice de 7 000 000 Francs, par son gigantisme et sa démesure cette exposition engendra un tournant dans la vision des expositions universelles futures.