Après le succès du lancement du satellite Soviétique Spoutnik, la « National Science Foundation » et le ministère de la défence initièrent une exposition universelle pour redorer le blason des Etats Unis face à l’URSS. En fait, ce n’est pas une mais deux expositions qui veront le jour : en 1962 Seattle en 1964-65 à New york, et qui s’inscriront dans la même démarche.

Ainsi en juillet 1959, le congrès Américain approuva cette idée dont le thème central était « le monde et la science » ; mais l’exposition ne devait pas seulement présenter la science comme spectacle en montrant les dernieres technologies mais plutôt comme source de progres et de paix.

Après l’invitation du président Eisenhower, 49 nations étrangères participèrent à l’exposition mais au lieu que de créer leur propre pavillon, elles préférèrent pour la plupart louer un pavillon en bois. En revanche 152 entreprises Américaines participèrent, et quant à elles ce fut en créant leur propre pavillon.

Pour ce qui est de l’architecture générale du site, comme aucune consigne de construction n’était de mise, cela a rendu cette exposition assez cosmopolite.

Malgré sa petite taille de 30 hectares, 9 millions de personnes visitèrent cette exposition, ce qui fit de cette exposition un succès (rapporté à ses ambitions) et permis même de faire un profit substantiel.