Le Palais National

Barcelona 1929 - Architecture, Pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 5670
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Le Palais National

Message par worldfairs » 21 avr. 2017 08:39 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

La large « Avenida de la Reina Maria Cristina » qui, en tant que principale artère du site de l'exposition, menait de l'entrée principale au sommet de Montjuich, fut couronnée par l'immense Palais National, le plus grand des édifices de l'exposition universelle. Dédié dans sa totalité à la culture, il devait être un monument propre à favoriser l'unité nationale. Les organisateurs de l'exposition débattaient de la conception de ce bâtiment depuis plus de vingt ans. Il devait, comme la tour Eiffel, être le clou de l'exposition, comme on disait en 1909.

Comme temple de l'art, il faisait contrepoids aux grands halls d'exposition industriels des expositions universelles précédentes, comme le « Cristal Palace » de Londres de 1851 ou la Rotonde de Vienne de 1873.

L'influent architecte catalan Puig y Cadafalch proposa un premier projet imprégné de formes simples et symétriques, avec un décor d'un grand classicisme. Cependant, après que la dictature militaire se fut imposée à Madrid, on organisa un concours pour la réalisation du bâtiment central, que remportèrent Enrique Catá et Pedro Cendoya. Même si les nouveaux projets ne différaient pas fondamentalement du concept de Puig, le dessin des façades était cependant, avant tout, pensé plus clairement comme une démonstration manifeste de l'unité espagnole. La construction symétrique monumentale rappelait par son organisation autour d'un corps central de grande hauteur et ses pavillons d'angle en béton, le château des rois d'Espagne, l'Escorial. Les quatre hautes tours flanquant la salle des fêtes renvoient aux grandes cathédrales espagnoles de Saint Jacques de Compostelle ou de Saragosse.

Cette combinaison osée d'architecture sacrée et d'architecture profane n'était possible que parce que les architectes avaient eu recours à l'éclectisme académique du 19e siècle. Il n'était pas question d'architecture moderne.

Outre la salle des fêtes, il y avait dans le palais suffisamment de place pour présenter la grande exposition consacrée à l'art espagnol, qui rassemblait plus de 5 000 objets provenant de musées, d'églises ou de collections particulières. Depuis les oeuvres d'art de l'Espagne romaine jusqu'aux tableaux des grands peintres, de Velasquez à Goya, était présenté ici le nec plus ultra de la création espagnole. L'exposition occupait deux étages, au sous-sol on avait installé la section archéologique. Un bâtiment uniquement consacré à l'art moderne fut érigé derrière le Palais National.
Cependant, comme on ne s'était pas soucié de mettre en place une signalétique efficace, ni d'éditer en temps voulu un catalogue de l'exposition, seuls quelques rares visiteurs étaient en mesure d'apprécier le capharnaüm présenté. Plus instructive était une salle dans laquelle étaient présentés 32 dioramas, qui mettaient en scène les principaux événements de l'histoire du pays.

C'est surtout la nuit que « l'Avenida de la Reina María Cristina » et le Palais National offraient un spectacle somptueux. Des projecteurs multicolores illuminaient les bâtiments et les jeux d'eau se déroulaient sur un rythme très élaboré.

D'imposantes stèles en verre jaune orangé, appelé Vitrolux, soulignaient l'axe central du site de l'exposition. Derrière la façade illuminée de bleu du Palais National, entre les tours sur lesquelles de puissants projecteurs paraboliques répandaient une lumière rouge carmin, resplendissaient dans le ciel des rayons blancs, jaunes, rouges et bleus. Les 272 projecteurs destinés à l'illumination de la façade étaient dissimulés dans les vasques de décoration d'une balustrade édifiée devant le bâtiment. De là, des cascades éclairées de rouge se déversaient jusqu'en bas de la colline. C'est surtout le spectacle féerique nocturne utilisant le palais comme écran de projection, et qui était suivi par le public installé dans des chaises longues sur la « plaza d'España », qui donna consistance au projet prémédité par les organisateurs de faire du palais l'emblème de l'exposition.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info


Retourner vers « Barcelone 1929 - Architecture, Pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité