Retour - Liste Pavillons

Afrique Occidentale Française


Afrique Occidentale Française à l'exposition de Paris 1937

© H. Chipault
Architecte(s) : Hoyez et Olivier Lambert

Un édifice surmonté d'une coupole de 30 mètres de hauteur frappait les regards : la reproduction authentique de la célèbre mosquée de Djingaréber à Tombouctou.

L'intérieur constituait le musée de l'artisanat où des collections anciennes particulièrement précieuses étaient exposées en même temps que les oeuvres les plus caractéristiques des maîtres-artisans modernes.

Sur votre droite, cet ensemble à l'étage et à la terrasse était la Rue de Djenné.

Au rez-de-chaussée, les bâtiments étaient occupés par des bijoutiers du Sénégal, des ciseleurs en cuivre du Dahomey, des sculpteurs sur bois et fabricants de pagnes du Soudan, de la Côte d'Ivoire, du Niger, et d'autres artisans noirs, élèves des écoles professionnelles.

Faisant face aux ateliers, un bâtiment couvert en chaume rappelait par sa construction le palais du roi Glé-Glé à Abomey. Il abritait une exposition du tourisme et de la chasse où figurait les oeuvres d'artistes peintres et sculpteurs ayant séjourné en Afrique occidentale française.

A la suite de cet ensemble, étaient dressées les tentes des artisans nomades, maures et touaregs des confins sahariens et mauritaniens. Enfin du côté opposé à la Rue de Djenné, se trouvait un village lacustre du bas Dahomey avec ses cases à pilotis, ses pêcheurs et ses piroguiers.

Copyright By Société pour le Développement du Tourisme