Retour - Liste Pavillons

Algérie


Algérie à l'exposition de Paris 1937

© H. Chipault
Architecte(s) : Guiauchain

Il formait un tout homogène bien qu'il se composait en réalité de trois parties distinctes: le palais barbaresque du XVIIIe siècle avec sa grande cour à arcades, la cour d'un caravansérail, une ruelle de ville arabe qui contournait la face du palais.

Cette cour, dans laquelle vous pénétriez en premier était égayée par un jet d'eau retombant dans une vasque d'onyx et s'avérait être la reproduction de la cour de l'Archevêché d'Alger.

Puis sous les arcades se trouvaient les échoppes des artisans y exerçant leur métier.

Tous ces petits travaux divers étaient en honneur en Algérie où les indigènes brodaient, filaient, tissaient, tournaient de la poterie suivant la mode kabyle, travaillaient le cuivre et l'osier, ciselaient des bijoux délicats et ajourés. Même dans les territoires les plus au sud, dans le M'zab par exemple, l'art du bijoutier était pratiqué, tandis qu'avec dévouement les Soeurs blanches et les Pères blancs enseignaient la fabrication des tapis et des cuirs.

Par une porte, reconstitution exacte de la Porte de Bab-Azoun, flanquée de deux postes de janissaires en costumes de l'époque, vous pénétriez maintenant dans la cour du caravansérail. Trois tentes y étaient érigées, celle d'un chef nomade, celle d'un targui et celle d'un tisseur d'alfa que vous pouviez voir à l'oeuvre tandis qu'aux alentours s'agitaient et bêlaient les moutons du sud à la laine courte que les méhara baraqués tendaient leur cou inflexible.

C'était tout le grouillement d'un gîte d'étape algérien. Ce grouillement subsistait dans la ruelle bordée d'étalages volants offrant à vos yeux la gamme des fruits, des primeurs et de tous les comestibles, produits uniquement de l'Algérie.

Le restaurant avait vue à la fois sur la cour du caravansérail et sur la Seine. Certains jours, dans une salle spéciale, avaient lieu des conférences et des projections de films documentaires.

Copyright By Société pour le Développement du Tourisme