Retour - Liste Pavillons

Italie


Italie à l'exposition de Paris 1937

© La Photolith
Architecte(s) : Marcello Piacenti

Sur un grand socle surgissant du fleuve, un imposant monument équestre de Georges Gori, figurant le Génie du Fascisme, se dressait devant une tour de 42m avec des portiques en architraves superposés, dont les piliers supportaient vingt-quatre statues. Cette tour, dominant le pavillon central relié à une petite construction voisine, était précédée d'une cour d'honneur dont le sol était en marbre d'Italie.

Les jardins aux allées pavées de porphyre étaient égayés par quatre fontaines en litho-céramique.

Sous le portique de la cour, de grandes peintures exprimaient les différentes réalisations du régimes fasciste, et, sur une paroi, se campait une Victoire ailée.

Vous accédiez à l'étage inférieur occupé par l'exposition de l'Industrie, par des escaliers ornés de fleurs.

Au rez-de-chaussée de la tour, dans un vaste salon, les aspects de l'Italie d'outre-mer, les produits coloniaux, les monuments romains d'Afrique. Puis, c'était l'exposition du Ministère de la Presse et de la Propagande, la Galerie du Tourisme aux peintures représentant les principales régions italiennes.

Au premier étage, le salon de l'Architecture où des photos, des graphiques, des modèles plastiques prouvaient le couronnement des efforts effectués par le régime fasciste en matière de travaux publics et d'assainissement et, en particulier, la résurrection des Marais Pontins où des villages souriants avaient été édifiés là où régnaient les miasmes et des fièvres.

Cette partie communiquait avec le premier étage du Pavillon où se trouvait le salon de l'Ameublement et es Arts Décoratifs avec l'appartement "idéal" de 1937.

Si vous vouliez gagner les étages supérieurs de la tour, vous arriviez à la Galerie des Arts, réservée aux grands peintres et sculpteurs de l'Italie contemporaine.

Le troisième étage était occupé par le salon d'Honneur dont une paroi était recouverte par une mosaïque de 100 mètres carrés et une autre par un ensemble pictural illustrant la Charte du Travail; une troisième paroi était de marbre et une quatrième garnie de typiques thermolux en couleur. Le salon était brillamment éclairé par un grand lustre de Murano.

Copyright By Société pour le Développement du Tourisme