Prévue dès 1906, repoussée plusieurs fois, l’exposition internationale ouvre en avril 1925, retardée par la première guerre "industrialisée" mondiale.

Des décorateurs ont voulu organiser cette exposition dans le but de réagir contre le style 1900 (l'Art nouveau), cette exposition vit ainsi deux courants s'affronter, tous deux influencés plus ou moins par le fauvisme, les Ballets russes, l'art nègre, le cubisme, etc.

Le premier courant, appelé par la suite "Art Déco", se caractérisera son goût de la ligne droite, interprétation moderniste des formes de la nature, simplicité, élégance et s’adressait surtout à une clientèle aisée. Il fut surtout porté par Rulhmann et Mallet-Stevens.

Le second courant était plus soucieux des réalités sociales et techniques et visait à une symbiose avec l'industrie, celui-ci était surtout porté par Le Corbusier.

A l’exception de l’Allemagne, qui avait été exclue, et des Etats-Unis, 21 pays étrangers, surtout européens, répondirent présent à l’invitation.

L'Exposition de 1925, à défaut d'avoir été la vitrine des avant-gardes, a permis aux artistes représentatifs de ce style très français, d'essaimer son esthétique à travers le monde.

Parmi toutes les Expositions Françaises, L’Exposition de 1925 a sans doute eu le plus grand retentissement, et la plus grande influence en Europe, au Japon, en Chine et aux Etats-Unis.

Notons aussi que le mouvement Art Déco ne sera appelé ainsi qu’à partir des années 60, en référence à l'Exposition de 1925.